Navigation – Plan du site
2017

Frank Grunert, Anette Syndikus (dir.), Wissensspeicher der Frühen Neuzeit. Formen und Funktionen

Anne Saada
Référence(s) :

Frank Grunert, Anette Syndikus (dir.), Wissensspeicher der Frühen Neuzeit. Formen und Funktionen, Berlin, Boston: De Gruyter, 2015, 424 p., 79,95 €

Frank Grunert, Anette Syndikus (dir.), Wissensspeicher der Frühen Neuzeit. Formen und Funktionen, Berlin, Boston: De Gruyter, 2015, 424 p., 79,95 €
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Période moderne
Haut de page

Texte intégral

1Depuis une vingtaine d’années, plusieurs travaux sont venus balisés le champ de l’histoire des savoirs que constitue l’Historia literaria, cette discipline née à la fin du XVIIe siècle et qui avait pour objet le savoir et les savants. L’Historia literaria, qui s’est progressivement imposée dans le cursus universitaire de l’Aufklärung, a donné lieu à la production de nombreux manuels, encyclopédies et périodiques. Le présent volume s’intéresse aux modalités d’enregistrement du savoir dans ce type de supports, Frank Grunert et Anette Syndikus considérant que la façon dont le savoir était consigné était constitutive du mode d’élaboration des connaissances.

2Codirigé par ces deux auteurs, cet ouvrage est issu d’un colloque organisé dans le cadre du Sonderforschungsbereich de l’université de Gießen (« Cultures de la mémoire »), du Sonderforschungsbereich 573 de l’université de Munich (« Pluralisation et autorité à l’époque moderne »), ainsi que d’un projet sur l’Historia literaria porté par le Centre interdisciplinaire de recherche sur les Lumières européennes à l’université de Halle. Le but de cette rencontre était de confronter les divers supports de l’Historia literaria dans leur relation à l’enregistrement, à la transformation et à la mise en circulation des savoirs.

3La première partie du volume sur le savoir politique est aussi la plus originale, car les travaux sur l’Historia literaria prennent rarement en compte ce domaine. Quatre contributions portent sur les informations politiques et la façon dont celles-ci étaient consignées. Bernahrd Jahn s’intéresse aux chroniques du XVIe siècle et décrit les techniques d’organisation du savoir sur lesquelles s’appuyaient leurs auteurs, en replaçant les évolutions du genre dans le contexte du marché éditorial. Peter Brachwitz et Susanne Friedrich présentent une contribution sur les journaux politiques qui analyse le mode de consignation et de conservation des informations dans les journaux à partir de leurs usages. L’article de Arndt Brendecke porte sur la présentation des informations (ou plutôt des données) sous forme de tables. La question qu’il pose est celle du principe d’ordonnancement des données dans ce type de médium et des conséquences induites par ces choix sur la présentation des informations. Surtout, il décrit les possibilités ouvertes par ce mode de représentation. Volker Bauer s’intéresse à la forme almanach dont il décrit les fonctions à partir des usages.

4Consacrée à l’érudition et à ses techniques, la deuxième section, plus classique, est aussi beaucoup plus longue (avec cinq contributions pour 200 pages). Le point commun entre les articles qui la composent est l’approche interne et la mise en avant des fonctions de dépôt du savoir au cœur des différents genres étudiés. Gilbert Hess présente une synthèse complète sur le genre des florilèges, ces recueils composés d’extraits ou de citation de textes. Dirk Werle et Merio Scattola s’intéressent aux instruments bibliographiques, les bibliothèques pour le premier, les bibliographies politiques pour le second. La contribution de Hanspeter Marti porte sur le genre des thèses universitaires, qu’il aborde sous l’angle du contenu, mais aussi de l’histoire du livre et de la lecture. F. Grunert et A. Syndikus livrent une étude détaillée de l’Historia literaria qui retrace l’évolution de la discipline d’une part et analyse son fonctionnement et les fonctions qu’elle remplissait d’autre part.

5La dernière partie porte sur les pratiques du savoir (à défaut d’identifier un autre dénominateur commun). Markus Friedrich s’attache à identifier le genre des ouvrages qui portent dans leur titre la mention « théâtre », en concluant à l’hétérogénéité du corpus. Wilhelm Kühlmann s’intéresse aux besoins remplis par l’information à partir de l’usage des recueils de lieux communs. Andreas B. Kilcher s’intéresse aux rapports entre savoir et littérature, littérature étant pris ici au sens moderne du terme. Friedrich Vollhardt montre le phénomène de transfert à l’œuvre derrière les journaux moraux, c’est-à-dire la popularisation du savoir, qu’il met en relation avec l’état du marché littéraire. Le volume s’achève par une contribution de Michel Maurer sur les récits de voyage, dans laquelle il se demande si la transmission de savoirs était la finalité première de ce genre.

6En dépit de l’hétérogénéité des contributions, Wissensspeicher der Frühen Neuzeit constitue un ouvrage riche pour l’exploration de chacun des genres abordés. Il constitue à sa façon une encyclopédie des genres bio-bibliographiques (allemands) envisagés dans leur rapport à l’enregistrement, à la conservation et à la transmission des savoirs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Saada, « Frank Grunert, Anette Syndikus (dir.), Wissensspeicher der Frühen Neuzeit. Formen und Funktionen », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 02 novembre 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://ifha.revues.org/8870

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • Revues.org