Skip to navigation – Site map

Rudolf Stöber, Michael Nagel, Astrid Blome, Arnulf Kutsch (dir.), Aufklärung der Öffentlichkeit – Medien der Aufklärung
Festschrift für Holger Böning zum 65. Geburtstag

Claire Gantet
Bibliographical reference

Rudolf Stöber, Michael Nagel, Astrid Blome, Arnulf Kutsch (dir.), Aufklärung der Öffentlichkeit – Medien der Aufklärung. Festschrift für Holger Böning zum 65. Geburtstag, Stuttgart: Franz Steiner Verlag, 2015, 411 p., 64 €

Bibliographical reference

Rudolf Stöber, Michael Nagel, Astrid Blome, Arnulf Kutsch (dir.), Aufklärung der Öffentlichkeit – Medien der Aufklärung. Festschrift für Holger Böning zum 65. Geburtstag, Stuttgart: Franz Steiner Verlag, 2015, 411 p., 64 €

Full text

1Le renouveau des études germanophones sur l’histoire de la presse depuis ses débuts au XVIe siècle est en grande partie redevable à Holger Böning. D’origine modeste – il travaille d’abord en tant qu’électricien sur lignes à haute tension –, il s’impose après une thèse de doctorat sur Heinrich Zschokke (1771-1848) et sur les Lumières pour le peuple (Volksaufklärung) en Suisse. Directeur et inspirateur de l’Institut de recherche allemande sur la presse (Deutsche Presseforschung) de l’université de Brême, il consacre son travail d’habilitation à la presse et au quotidien durant l’Aufklärung et se distingue par de nombreuses publications devenues des classiques ainsi que par une activité éditoriale généreuse. Les mélanges offerts pour son 65e anniversaire ne rassemblent pas moins de 18 contributions, augmentées d’une bibliographie exhaustive (de 35 pages !) établie par Wilbert Ubbens des travaux de Holger Böning.

2Un premier volet de cinq contributions met en lumière des organes et des modes de discussions à l’aube des Lumières (Frühaufklärung), peu connus des historiens. Les périodiques les plus anciens en terre germanophone sont en effet, après les calendriers, les recueils qui relatent ce qui se passe entre deux foires consécutives de Francfort ou de Leipzig (Messrelationen), un genre qui fait l’objet d’un travail de collecte et de traitement informatique à l’université de Brême (Esther-Beate Körber). La richesse du genre des calendriers est également mise en évidence par Klaus-Dieter Herbst, qui étudie les commentaires sur le décalage des calendriers juliens et grégoriens dans les calendriers imprimés entre 1582 et 1700, et par Volker Bauer, qui met au jour des transitions inattendues entre les calendriers populaires (en format in-8° et assortis de notes astrologiques) et les calendriers de cour (en in-4° et munis de listes des membres de la cour) au XVIIe siècle. Autour de 1700, de nombreux périodiques, savants ou mondains, adoptèrent une forme dialogique, destinée notamment à faciliter l’accès à ce nouveau type d’imprimé (Michael Nagel).

3Le deuxième volet sonde la Volksaufklärung, les sociabilités et les renouveaux journalistiques de la fin du XVIIIe siècle. Inspirée en partie par le programme de Diderot, la politique éducative de Catherine II de Russie tente d’inscrire les Lumières dans la formation de l’État moderne (Bernd Sösemann). Promue au départ par des lettrés, la Volksaufklärung, comme le montre Reinhart Siegert, est adoptée et adaptée par des paysans-écrivains qui s’en distancient et la critiquent. Ordonnées par les autorités civiles, les Intelligenzblätter sont aussi, avec leurs nombreuses petites annonces, des leviers vers une certaine transparence économique (Włodzimierz Zientara), même en Saxe électorale où, avec les calendriers, elles viennent appuyer la politique de rétablissement après la guerre de Sept ans (Werner Greiling). Tandis que la sociabilité de la société berlinoise des Amis de l’étude de la nature (Naturforschende Freunde) et son rayonnement journalistique sont exposés par Hanno Schmidt, Hans Adler présente le cas d’un ouvrage de théorie de la popularité édité en 1805 par un pasteur qui s’attache à diffuser la pensée des philosophes, notamment celle de Kant, non en la simplifiant mais en la rendant sensible – preuve s’il en est que les Lumières n’étaient pas éteintes en 1800.

4Le dernier ensemble s’attache à l’Aufklärung non plus comme époque ou mouvement, mais dans ses thèmes et ses valeurs – la critique publique par le journalisme – jusqu’à nos jours. Rudolf Stöber étudie des journaux de vulgarisation scientifique des années 1830, de la République de Weimar et d’aujourd’hui, et en présente les constantes – lien texte-image, dramatisation – tout en soulignant une diversification qualitative. C’est aussi à une étude sur le long terme que se voue Jürgen Wilke en présentant les liens de la (Nord-)Deutsche Allgemeine Zeitung à l’industrie et au pouvoir de 1861 à 1960, lesquels lui furent fatals après la Seconde Guerre mondiale. Les journaux en tant que lieux d’expression de minorités, en particulier juives, font l’objet de quatre contributions originales (le lecteur apprend en particulier la vénération aussi intéressante qu’intrigante de Thomas Mann pour la musique de Richard Wagner). Celle de Sarah Ehlers et de Liliana Ruth Feierstein examine en particulier le journal d’information et de réflexion sur les questions juives édité par le Berlinois Georg Freund parti en exil en Uruguay en 1939. L’évolution de la presse en Autriche depuis 1848, la place grandissante du raisonnement sur la politique face à la simple information d’aujourd’hui, contrebalancée voire contrecarrée par l’extension du pouvoir médiatique des ‘médiocraties’ conclut le recueil (Josef Seethaler et Gabriele Melischek).

5Face aux mélanges habituels, qui se réduisent parfois à un exercice de style conventionnel guidé par des considérations de collégialité, ce recueil se distingue par la qualité de ses contributions, leur profonde homogénéité, leur caractère novateur et original. Il documente les renouveaux du champ couvert et reflète l’ampleur et la fécondité des travaux de Holger Böning.

Top of page

References

Electronic reference

Claire Gantet, « Rudolf Stöber, Michael Nagel, Astrid Blome, Arnulf Kutsch (dir.), Aufklärung der Öffentlichkeit – Medien der Aufklärung
Festschrift für Holger Böning zum 65. Geburtstag
 », Revue de l'IFHA [Online],  | 2017, Online since 01 February 2017, connection on 22 October 2017. URL : http://ifha.revues.org/8642

Top of page

Copyright

©IFHA

Top of page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • Revues.org