Skip to navigation – Site map

Felix Biermann, Jiří Macháček, Franz Schopper, An Thaya und Notte im Mittelalter

Sébastien Rossignol
Bibliographical reference

Felix Biermann, Jiří Macháček, Franz Schopper, An Thaya und Notte im Mittelalter. Vergleichende archäologische Untersuchungen zu Sozial- und Siedlungsstrukturen im westslawischen Raum (6. bis 13. Jahrhundert), Bonn: Dr. Rudolf Habelt (Studien zur Archäologie Europas, 25), 2015, 351 p., 75 €

Bibliographical reference

Felix Biermann, Jiří Macháček, Franz Schopper, An Thaya und Notte im Mittelalter. Vergleichende archäologische Untersuchungen zu Sozial- und Siedlungsstrukturen im westslawischen Raum (6. bis 13. Jahrhundert), Bonn: Dr. Rudolf Habelt (Studien zur Archäologie Europas, 25), 2015, 351 p., 75 €

Full text

1Ce volume présente les résultats d’un projet interdisciplinaire germano-tchèque réalisé entre 2009 et 2011 qui avait pour objectif de comparer deux régions représentatives peuplées par les Slaves occidentaux du VIe au XIIIe siècle. Il s’agit de la vallée de la Thaya près de Břeclav en Moravie – région attribuée par les auteurs à la principauté dite de « Grande-Moravie » connue des sources historiques – et de la vallée de la Notte près de Mittenwalde dans le Brandebourg, appartenant au territoire des Slaves entre l’Elbe et l’Oder. Chacune des régions a été touchée par la « transformation » des XIIe-XIIIe siècles accompagnant le peuplement allemand. Les auteurs veulent expliquer pourquoi deux régions connaissant au départ de nombreuses similarités se sont développées de manière différente : la région de Břeclav a vu l’apparition de forteresses de grandes dimensions témoignant d’une société diversifiée et complexe, alors que celle de Mittenwalde a été caractérisée par des fortins d’apparence modeste et par un habitat dispersé. Des méthodes de recherche semblables ont été utilisées de manière systématique pour chacune des deux régions. L’ensemble est ensuite analysé à l’aide de la « Systemtheorie ». Les principales contributions au volume sont dues à des archéologues : Felix Biermann, à l’occasion en coopération avec Franz Schopper, pour le Brandebourg et à Jiří Macháček pour la Moravie ; s’y ajoutent des contributions de collaborateurs concernant les données de disciplines connexes ou de catégories spécifiques de sources.

2La « Systemtheorie » (« systems theory ») a été développée au sein de la processual archaeology comme méthode de description de sociétés principalement connues par leur culture matérielle. Elle propose un modèle facilitant l’intégration de données de plusieurs disciplines, permettant les comparaisons de sociétés différentes et facilitant l’interprétation de ces différences. Pour leur étude, les auteurs ont choisi une série de « sous-systèmes » (« Subsysteme ») ou d’éléments des constructions sociales inspirés des travaux de Colin Renfrew.

3Le volume débute avec un tour d’horizon du cadre géographique, de l’état des recherches et du contexte historique. La section principale comprend ensuite une présentation détaillée des travaux effectués dans le cadre du projet : prospections géophysiques, recherche de surface, utilisation de détecteurs de métal, fouilles archéologiques et recherche d’échantillons pour l’analyse scientifique de l’environnement naturel. Tous ont mis au jour des sources archéologiques, numismatiques, archéozoologiques et archéobotaniques.

4Dans la dernière section, F. Biermann et J. Macháček se livrent à l’analyse des résultats à l’aide de la « Systemtheorie ». Suite à l’émigration des populations germaniques de l’Antiquité, chacune des régions était au départ peu peuplée jusqu’à l’arrivée des Slaves, plus tardive dans le Brandebourg qu’en Moravie. Alors que cette dernière a connu un essor démographique important au début du IXe siècle, la population n’a augmenté que lentement et graduellement plus au nord. En revanche, une évolution semblable peut être observée à l’époque du peuplement allemand. Alors qu’en Moravie, on construisait la forteresse monumentale de Pohansko, les Slaves du Brandebourg ne construisaient que des fortins comme le Ringwall « Pennigsberg ». Dès le début du IXe siècle, la région de la Thaya a vu l’apparition d’innovations techniques qui, jointes à des conditions climatiques propices, ont mené à une augmentation de la production agricole et à l’essor de l’artisanat. Dans la région de la Notte, en revanche, agriculture et technologie sont restées plus longtemps à des modes de production moins efficaces ; la situation n’évolua qu’à partir de la fin du Xe siècle. En Moravie s’est développée dès le VIIIe siècle, sous l’influence de la Bavière et de l’empire des Avars, une société complexe avec des élites clairement identifiables par la culture matérielle. À la même époque, la région de la Notte ne connaissait qu’une faible hiérarchisation avec des élites locales représentées par les fortins. La présence des Hevelli, principauté influente de la région, a sans doute freiné le développement social à ses périphéries. La société de la région de la Thaya s’est effondrée au début du Xe siècle. Les structures tribales du Brandebourg se sont maintenues sans grand changement jusqu’à la fin du Xe siècle, alors qu’elles subissaient une pression toujours plus forte de la part des Francs orientaux. Au début du nouveau millénaire, les Slaves de l’Elbe se sont rapprochés de l’empire, alors que la Moravie tombait sous l’influence des Piasts puis des Přemyslides. En Moravie, l’apparition de l’inhumation dès le IXe siècle témoigne de l’infiltration du christianisme, alors que tout indique le maintien du paganisme jusqu’aux Xe-XIe siècles plus au nord. Les relations commerciales s’intensifièrent à l’époque de la « Grande-Moravie » mais furent plus lentes à gagner en importance au Brandebourg. Les auteurs expliquent les différences entre les deux régions par l’importance, en Moravie, des influences provenant des Avars, des Francs et des Byzantins, alors que les Slaves du Brandebourg étaient beaucoup plus isolés. En revanche, l’arrivée des Hongrois eut des conséquences négatives beaucoup plus sévères pour la région de la Thaya que pour celle de la Notte. L’isolement des Slaves du Brandebourg donna lieu à une plus grande stabilité à long terme et à des changements plus graduels. En Moravie, l’essor économique et social du IXe siècle eut un impact important sur l’environnement naturel, mais ce n’est qu’à l’époque de la transformation des XIIe-XIIIsiècles que l’impact environnemental dans les deux régions fut comparable.

5Ce volume présente ainsi un état des recherches détaillé pour deux micro-régions des Slaves occidentaux représentant l’imprégnation locale d’évolutions à long terme typiques de l’Europe centrale au Moyen Âge. On notera l’apport important de plusieurs disciplines et de catégories de sources. Malgré la pauvreté des sources écrites, on aurait pu souhaiter voir une plus grande attention accordée au contexte historique, principalement décrit dans de courtes contributions de l’historien Martin Wihoda. Fort détaillé, documenté de manière exemplaire et richement illustré, ce volume servira de référence pour l’étude de chacune de ces régions. Qui plus est, l’approche comparative à l’aide de la « Systemtheorie » permet de rationaliser les découvertes et de les mettre en contexte. Tout cela sera d’une grande utilité aux historiens pour lesquels ces régions offrent peu de sources écrites bien qu’elles aient joué un rôle important pour l’Europe du Moyen Âge. Les historiens des périodes carolingienne et ottonienne gagneront certainement à tenir compte de ce volume.

Top of page

References

Electronic reference

Sébastien Rossignol, « Felix Biermann, Jiří Macháček, Franz Schopper, An Thaya und Notte im Mittelalter », Revue de l'IFHA [Online],  | 2017, Online since 01 February 2017, connection on 28 April 2017. URL : http://ifha.revues.org/8614

Top of page

Copyright

©IFHA

Top of page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • Revues.org