Navigation – Plan du site
2015

Thomas Noll, Urte Stobbe, Christian Scholl (dir.), Landschaft um 1800. Aspekte der Wahrnehmung in Kunst, Literatur, Musik und Naturwissenschaft

Göttingen : Wallstein, 2012, 363 p., 32,90 €.
Gaëlle Hallair
Thomas Noll, Urte Stobbe, Christian Scholl (dir.), Landschaft um 1800. Aspekte der Wahrnehmung in Kunst, Literatur, Musik und Naturwissenschaft Göttingen : Wallstein, 2012, 363 p., 32,90 €.
Haut de page

Texte intégral

1Issu d’un séminaire de recherche consacré pendant le semestre 2009-2010 à la « Landschaft um 1800. Aspekte der Wahrnehmung in Kunst, Literatur und Naturwissenschaft » (Le paysage autour de 1800. Aspects de sa perception dans les arts, la littérature et les sciences naturelles) à l’université Georg-August de Göttingen, cet ouvrage s’ancre à la fois dans les études comparées et interdisciplinaires et dans les théories de la réception et de la perception. Autour de l’objet « paysage », objet construit, perçu, imaginé et/ou représenté, les articles regroupés ici mènent une enquête dans une perspective d’histoire culturelle en en analysant les représentations textuelles, iconographiques et musicales. La place nouvelle et particulièrement importante que prend le paysage au tournant des XVIIIe et XIXe siècles, à la fois comme représentation d’une partie du monde et représentation d’une portion de nature, explique le choix d’étudier la période charnière des années 1800. Le livre apporte sa contribution aux nombreuses études sur le paysage menées depuis une vingtaine d’années en insistant sur les permanences et les mutations dans la perception du paysage.

2Après un premier article des trois éditeurs scientifiques des actes, qui s’intitule « Landschaftswahrnehmung um 1800. Imaginations- und mediengeschichtliche Kontinuitäten und Brüche » (La perception du paysage autour de 1800. Continuités et ruptures dans l’histoire des medias et de l’imaginaire, p. 9-26) et qui présente clairement les enjeux de la problématique choisie, les douze contributions suivantes explorent chacune une des facettes de la question. Thomas Noll, dans son article intitulé « ’Das fast allen Menschen beywohnende Wohlgefallen an schoenen Aussichten’. Zur Theorie der Landschaftsmalerei » (p. 30-59), développe un discours théorique sur l’histoire de l’art en s’appuyant sur l’étude de l’objet pictural « paysage » chez Gérard de Lairesse et Roger de Piles. Dans sa contribution intitulée « Landschaftswahrnehmung, ‘Naturgemälde’ und Erdwissenschaften » (p. 60-82), Marianne Klemun explore les liens entre les considérations relevant de l’esthétique du paysage et celles relevant des sciences de la terre. Elle développe l’exemple du point de vue panoramique en montagne. Uwe Hentschel, dans sa contribution « Der Staubbachfall in den Berner Alpen. Landschaft aus dem Geiste der Literatur und Malerei » (p. 83-112), s’intéresse au paysage suisse perçu et représenté à la fois dans les poèmes de Albrecht von Haller dédiés aux Alpes et dans les esquisses réalisées par Caspar Wolf. Hansjörg Küster, avec son article intitulé « Das Gartenreich Dessau-Wörlitz : eine von Natur, Gestaltung und Ideen geprägte Landschaft » (p. 113-152), montre les mutations du paysage en analysant le jardin-parc de Dessau-Wörlitz et en discutant l’émergence du concept de Kulturlandschaft. À partir des débats qui ont traversé les réflexions sur l’art des jardins entre le XVIIe et le XIXe siècle, Ana-Stanca Tabarasi-Hoffmann développe, dans son article intitulé « Der größte plat de ménage, die Natur. Gärten als Schaugerichte und die Wandlung vom Emblematischen zum Expressiven » (p. 124-152), les liens entre jardin, goût et art de la table. Gerhard Kaiser explore ensuite dans « Von der ‘Idiotie des Landlebens’. Beschädigtes Leben und Sehnsuchtslandschaften in Goethes ‘Wahlverwandtschaften’ und in der Literatur um 1800 » (p. 153-171) les modes affectifs, émotionnels et poétiques de la perception du paysage et de sa description littéraire. Urte Stobbe s’intéresse aux différents modèles de perception du paysage chez les voyageurs éclairés et érudits dans une contribution intitulée « Konkurrierende Wahrnehmungsmodelle gebildeter Reisender. Zur Diversifizierung der Gartenbetrachtung in der Reise- und Gartenliteratur » (p. 172-206). A partir de l’exemple écossais, Barbara Schaff cherche à savoir, dans son travail intitulé « ’A scene so rude, so wild as this, yet so sublime in barrenness’ : ein neuer Blick auf Schottland in der Reiseliteratur der Romantik » (p. 207-226), dans quelles conditions la perception d’un paysage peut évoluer. Andreas Waczkat, dans « ’Mehr Ausdruck der Empfindung als Malerey’. Idealisierte Landschaft in Ludwig van Beethovens ‘Pastorale’ » (p. 227-236), se tourne vers le paysage perçu et représenté dans une perspective musicale en étudiant la Pastorale de Ludwig van Beethoven. Anna Bers analyse deux poèmes tardifs de Goethe dédiés au paysage : « ’[A]uf die Landschaft als Bild zu sehen ’ ? Verschiedene Modi der Naturdarstellung in zwei späten Gedichten Goethes » (p. 237-264). Christian Scholl étudie les relations complexes entre les réflexions théoriques de Carl Gustav Carus sur l’histoire de l’art et sa pratique artistique dans son exposé sur « Offenbarung oder Projektionsraum ? Theorie und Praxis der Landschaftsmalerei bei Carl Gustav Carus » (p. 265-297). Enfin, Werner Schnell dans son propos intitulé « ’Noch eine politische Landschaft ! Eine historische’. Überlegungen zur herrschaftslegitimierenden Funktion von Carl Rottmanns Griechenland-Zyklus (1838-1850) » (p. 298-354) aborde les liens entre paysage et politique, en l’occurrence les peintures de Carl Rottmann en Grèce, et aborde ainsi la question du concept de territoire.

3La présentation de l’ouvrage est soignée et claire. Chaque article est suivi d’une riche bibliographie, essentiellement en allemand, et illustré soit en photographies ou esquisses en noir et blanc, soit en extraits textuels ou musicaux. Un index des noms, très pratique, et une courte information sur les auteurs achèvent cette contribution fort utile aux études de langue allemande sur le paysage.

4Vous trouverez la table des matières ici : http://d-nb.info/​1017424071/​04.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gaëlle Hallair, « Thomas Noll, Urte Stobbe, Christian Scholl (dir.), Landschaft um 1800. Aspekte der Wahrnehmung in Kunst, Literatur, Musik und Naturwissenschaft », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 29 mai 2017. URL : http://ifha.revues.org/8502

Haut de page

Auteur

Gaëlle Hallair

CNRS-UMR 8131, Centre Georg Simmel, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • Revues.org