Navigation – Plan du site
2015

Ivan Hlaváček, Alexander Patschovsky (dir.), Böhmen und seine Nachbarn in der Přemyslidenzeit

Stuttgart : Thorbecke (Vorträge und Forschungen, 74), 2011, 488 p., 59 €.
Éloïse Adde-Vomáčka
Ivan Hlaváček, Alexander Patschovsky (dir.), Böhmen und seine Nachbarn in der Přemyslidenzeit Stuttgart : Thorbecke (Vorträge und Forschungen, 74), 2011, 488 p., 59 €.
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1Créé en 1951, le Cercle de recherche en histoire médiévale (Konstanzer Arbeitskreis für mittelalterliche Geschichte) a commencé dès l’année suivante à éditer les actes de ses colloques (deux par an) et des volumes de recherches dans la collection Vorträge und Forschungen chez l’éditeur Thorbecke (80 volumes à ce jour, dont la plupart sont consultables en ligne, et particulièrement le présent volume : http://journals.ub.uni-heidelberg.de/​index.php/​vuf/​issue/​view/​1879), ainsi que des hors-séries et des volumes d’hommages. Ce soixante-quatorzième numéro est consacré aux relations entre la Bohême et ses voisins sous la dynastie des Přemyslides (env. 900-1306) et est le résultat du colloque organisé en 2007 à l’occasion du sept-centième anniversaire de l’extinction de la dynastie tchèque.

2Rassemblant les contributions d’historiens aussi bien allemands, que tchèques, ou encore hongrois, polonais et autrichiens, l’ouvrage s’emploie à donner une image complexe et complète du thème traité. Avec six articles sur douze rédigés par des Tchèques, il permet en outre au public germanophone de prendre connaissance en allemand de la recherche conduite en République tchèque et de confronter les approches historiographiques divergentes sur certaines thématiques. Josef Žemlička explore ainsi la question cruciale et épineuse du statut du duché puis royaume de Bohême au sein de l’architecture du Saint-Empire en s’efforçant de rendre compte de la complexité des rapports qui n’impliquaient pas seulement la Bohême et l’empire mais aussi les autres puissances en présence, en Europe centrale, à savoir la Pologne et la Hongrie, l’intégration de la Bohême dans le Saint-Empire étant majoritairement le résultat du refus de voir la Bohême ou la Pologne absorber l’autre et constituer ainsi une force concurrente sérieuse. Zdeněk Měřínský s’intéresse à la question de la Moravie : rattachée au duché de Bohême au début du XIe siècle, elle était également gouvernée par des princes přemyslides, ce qui ne l’empêcha pas de continuer de représenter un pôle structurant de l’espace centre-européen, avec ses stratégies et ses visées propres, lointain écho de la Grande Moravie, pulvérisée au début du Xe siècle. Petr Sommer et Petr Kubín traitent quant à eux les aspects religieux, se consacrant respectivement à la christianisation de la Bohême dans le contexte des rapports de forces avec le royaume franc puis le Saint-Empire et à l’instauration d’un culte consacré à saint Adalbert par Otton III. Spécialiste de l’historiographie médiévale, Marie Bláhová livre une analyse de la représentation des relations avec l’empire par les historiens de la période přemyslide, appuyant sa démonstration sur la Chronica Boemorum de Cosmas (1125) ainsi que sur des textes moins connus comme les continuations de la chronique de Cosmas, les Annales Gradicenses et Opatovicenses ou encore les annales de Vincencius et de Jarloch, etc. Enfin, Václav Bok s’intéresse à la production littéraire de langue allemande dans l’entourage des derniers přemyslides, en particulier sous Přemysl Ottokar II et Venceslas II.

3De leurs côtés, les contributions des auteurs non tchèques jettent un regard autre, et donc nouveau, sur des problématiques plutôt tchèques. L’Autrichien Herwig Wolfram livre une étude comparative du peuplement des régions orientales du Saint-Empire, remontant à l’époque de l’empire de Samo pour arriver jusqu’à l’an mil et à l’apparition des entités tchèque, polonaise et hongroise. Ce travail comparatif l’amène à remettre en cause la stabilité communément admise de ces constructions politiques naissantes et à reposer le concept de révolution de l’an mil. Deux articles sont consacrés à l’expansion de l’État přemyslide au XIIIe siècle : on doit au Polonais Tomasz Jurek une précise analyse des relations entre les milieux tchèque et polonais, tandis que Reinhard Härtel, un autre Autrichien, porte son attention sur l’expansion vers l’Autriche sous Přemysl Ottokar II, y voyant plus la mise à profit réussie d’une série d’opportunités que le fruit d’une stratégie mûrement réfléchie et planifiée. Le Polonais Marcin Rafał Pauk revient quant à lui sur la généalogie de la noblesse tchèque, de l’élite dépeinte par Cosmas jusqu’aux débuts de la ‘communauté’ des nobles au début du XIVe siècle. Le texte du Polonais Norbert Kerskena sur l’image de la Bohême des Přemyslides chez les historiens contemporains de l’empire constitue quant à lui un pendant tout à fait intéressant de la contribution de Marie Bláhová.

4Par la richesse des thèmes abordés et la multiplicité des angles d’approche, cet ouvrage constitue une belle somme permettant de mieux connaître la Bohême přemyslide, en général d’accès difficile du fait de la langue, et les relations qu’elle entretenait avec ses différents voisins. Publié dans le cadre de l’anniversaire de l’extinction de la dynastie, l’ouvrage renvoie de manière exhaustive à un très grand nombre de publications, en tchèque mais aussi dans les autres langues, et constitue dès lors un outil important pour l’historien désireux d’approfondir ses connaissances sur les thématiques tchèques. On apprécie la présentation des différents articles proposé en fin de volume par Christian Lübeck.

5Vous trouverez la table des matières ici : http://d-nb.info/​1010644289/​04.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éloïse Adde-Vomáčka, « Ivan Hlaváček, Alexander Patschovsky (dir.), Böhmen und seine Nachbarn in der Přemyslidenzeit », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 janvier 2016, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://ifha.revues.org/8356

Haut de page

Auteur

Éloïse Adde-Vomáčka

Université du Luxembourg

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • Revues.org