Navigation – Plan du site
2014

Robert F. Barkowski, Die Ottonen und das Konzept eines vereinten Europa

Berlin : Parthas, 2014, 144 p., 12,80 €
Tristan Martine
Robert F. Barkowski, Die Ottonen und das Konzept eines vereinten Europa Berlin : Parthas, 2014, 144 p., 12,80 €
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Moyen Âge
Haut de page

Texte intégral

1Ce manuel sur la dynastie ottonienne est la quatrième publication de l’éditeur berlinois Parthas consacrée aux dynasties européennes, après Die Habsburger (E. Marinelli, 2008), Die Wittelsbacher (A. Brunner, 2011) et Die Hohenzollern (C. Reese, D. Heicker, 2012). R.F. Barkowski, qui a déjà traduit en allemand une sélection de lettres de l’auteur de science-fiction polonais Stanisław Lem chez le même éditeur, travaille sur plusieurs projets de vulgarisation historique pour des éditeurs allemands ou polonais, notamment sur Berlin au XXe siècle.

2Le titre de l’ouvrage s’explique par l’objectif politique de l’auteur, rappelé sur la quatrième de couverture. Alors que l’on fait souvent de Charlemagne le père de l’Europe, pour R. F. Barkowski, les Ottoniens (et plus particulièrement l’impératrice Théophano) seraient les vrais promoteurs du concept d’une Europe unie, mais leurs actions auraient été ternies par les historiographies nationales romantiques du XIXe siècle puis par le mouvement national-socialiste en Allemagne, qui aurait reproché à Otton III de ne pas avoir voulu fonder un Empire allemand. L’auteur part du constat des divisions actuelles en Europe et propose à ses contemporains de sortir de la crise en s’inspirant de l’Europe unie et organisée du Xe siècle, car elle était, selon lui, une « confédération sans domination nationale ou arrogance économique », sans volonté d’un peuple de s’imposer à un autre. L’anachronisme paraît total, mais ce genre d’argument est sûrement vendeur et permet probablement de s’assurer une plus grande audience.

3L’un des intérêts de ce manuel est d’adopter une perspective large, en ne se limitant pas uniquement, à l’inverse de ce que le titre pourrait suggérer, aux Ottoniens. Ainsi, la première partie de l’ouvrage est consacrée à l’Europe aux IXe et Xe siècles et dresse un portrait rapide de la situation politique en Angleterre, en Scandinavie, en Pologne, en Russie et en Hongrie. L’auteur a un fort penchant oriental et il développe plusieurs éléments de l’histoire des pays slaves, revenant ainsi en détail sur les conflits entre Henri Ier et les Hongrois ou sur ceux opposant Henri II et Boleslas Ier de Pologne. Les six autres parties de ce livre sont consacrées aux cinq souverains ottoniens et à l’impératrice Théophano. Le chapitre dédié à cette dernière est d’ailleurs probablement le plus intéressant, car c’est le seul moment où une amorce de thématisation est proposée avec une réflexion sur la réalité du pouvoir d’une femme à la tête de l’Empire. Pour le reste, l’approche est extrêmement évènementielle, suivant de manière fluide les principaux évènements des différents règnes successifs. R.F. Barkowski ignore toutes les interrogations économiques ou culturelles et se concentre exclusivement sur des aspects politiques. Cependant, même dans ce domaine, son approche reste très classique, laissant de côté les aspects géopolitiques internationaux, l’analyse des fondements idéologiques du pouvoir ou la question du règlement des conflits et du rapport des Ottoniens avec les grands de l’Empire.

4Seuls 27 titres sont présentés en bibliographie, ce qui n’est pas gênant pour un petit manuel de ce type. En revanche, il est étonnant que six d’entre eux soient en polonais, alors que la majorité des lecteurs allemands non spécialistes, à qui ce type de publication s’adresse, n’est pas polonophone. À côté de ces titres très pointus, on trouve, de manière paradoxale, des œuvres de vulgarisation plus proches du roman historique que d’un ouvrage scientifique (E. Horst, Geliebte Theophanu : Der Lebensroman einer deutschen Kaiserin aus Byzanz).

5L’ouvrage est une véritable histoire illustrée (80 illustrations au total, soit plus d’une par double-page), avec des reproductions en couleur de bonne qualité et une mise en page très soignée dans l’ensemble. La documentation est recherchée et sert parfois à étayer d’intéressants développements, comme c’est le cas sur la Sainte Lance. Il faut également apprécier l’originalité d’une partie des documents proposés. Les cartes, très simplifiées, ont été faites spécialement pour cet ouvrage par l’auteur lui-même, à l’aide d’une écriture cartographique particulière. Deux autres documents sont inédits. Il s’agit tout d’abord d’un arbre généalogique, celui des Ottoniens, qui présente leurs liens avec d’autres dynasties européennes (les Carolingiens, les Capétiens, les Piast, en Pologne, la dynastie anglo-saxonne de Wessex et d’autres dynasties slaves) dans un tableau très intéressant, mais malheureusement peu lisible. Le second document est un schéma expliquant de manière très pédagogique (mais avec néanmoins une erreur dans la légende, puisqu’il faut intervertir les points 3 et 4 de la légende du A) les trois phases du déroulement de la bataille de Stilo, au cap Colonne, qui vit la défaite en 982 d’Otton II face aux forces de l'émir kalbite de Sicile.

6Pour conclure, cette publication ne remplace pas d’autres manuels qui sont certes plus développés d’un point de vue évènementiel, mais qui incluent également une synthèse thématique (G. Althoff, Die Ottonen. Königsherrschaft ohne Staat, Stuttgart:  Kohlhammer, 2005 ou H. Keller et G. Althoff, Die Zeit der späten Karolinger und der Ottonen (888-1024), Stuttgart: Klett-Cotta, 2008). On peut également citer un ouvrage plus court, couvrant lui aussi la période salienne, à l’aide de nombreuses citations tirées des sources et d’une structure très claire (L. Körntgen, Ottonen und Salier, Darmstadt : Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 2002), ou un autre manuel de la même taille et sur le même sujet, mais selon une approche résolument plus thématique (H. Keller, Die Ottonen, Munich : Beck, 2001). Mais toutes ces références souffrent, il faut bien le reconnaître, d’un défaut d’illustrations, lesquelles font la richesse de l’ouvrage de R F. Barowski et le rendent très plaisant à feuilleter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tristan Martine, « Robert F. Barkowski, Die Ottonen und das Konzept eines vereinten Europa », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 14 avril 2015, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://ifha.revues.org/8326

Haut de page

Auteur

Tristan Martine

Université Paris-Est Marne-la-Vallée, ACP / Université de Lorraine, HISCANT-MA.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • Revues.org