Navigation – Plan du site
Outils et travaux
Instruments et institutions

Le Sonderforschungsbereich 644 : « Transformations de l’antique »

Université Humboldt de Berlin
Claire de Cazanove

Texte intégral

http://www.sfb-antike.de/​
Responsable : Prof. Dr. Johannes Helmrath (Humboldt)

1Le Sonderforschungsbereich 644 piloté par l’université Humboldt à Berlin réunit quatre-vingt-dix participants autour de dix-huit projets pour lesquels sont associés l’Université libre de Berlin, l’Institut-Max-Planck d’histoire des sciences (Max-Planck-Institut für Wissenschaftsgeschichte) et le département des collections antiques des Staatliche Museen (Berlin). Commencé en 2005, il en est désormais à sa troisième phase (2013-2016).

2Voulant décloisonner l’étude sur l’antique et sa réception, le projet « Transformations de l’antique » réunit donc des chercheurs de sciences humaines et sociales autour de recherches interdisciplinaires sur les transformations des sciences et des arts antiques du Moyen Âge à la période contemporaine. À travers une approche interdisciplinaire, le programme a pour objectif d’analyser le contexte, dans lequel les sciences et arts antiques ont été appropriés et transformés depuis le Moyen Âge jusqu’à l’époque moderne. Les recherches portent sur la mise en place progressive d’un système scientifique, et sur la façon dont les sociétés européennes construisent leur identité culturelle. Le choix du concept de « transformation » permet d’envisager la relation à l’antique comme une relation mutuelle entre l’autre et soi, définie par le terme d’« Allelopoiese ». Pour mener à bien cet objectif, trois domaines de réflexion ont été définis, afin de mettre en lumière les fonctions de l’antique dans la construction de la société scientifique européenne et ses disciplines, son rôle dans les identités culturelles du Moyen Âge à l’époque contemporaine ainsi que le rôle des formes artistique, littéraires et des médias dans cette transformation.

3Le Sonderforschungsbereich se subdivise en deux grands axes qui se déclinent chacun en neuf sous-projets. Les dix-huit sous-axes ainsi constitués bénéficient chacun d’une page de présentation sur le site internet du SFB.

4L’axe « Transformation du savoir et de l’histoire des sciences » est structuré autour de recherches très diverses qui font intervenir, entre autres, la religion (étude sur les démons dans la chrétienté), la littérature (la sympathie dans la littérature anglaise aux XVIIe et XVIIIe siècles), l’histoire des sciences (la transformation des concepts antiques après la naissance de la physique moderne aux XVIIe et XVIIIe siècles). Nombre de ces projets comportent une dimension historique sans que cela constitue leur objet premier, sauf dans le cas du sous-axe A04 (Transformationen antiker Historiographie und Historik in Mittelalter und Renaissance) qui s’intéresse aux biographies, à l’histoire et son écriture comme transformations de l’antique au Moyen Âge et à la Renaissance.

5Le second axe s’attache aux « Transformations des cultures visuelles et littéraires » avec des projets autour de la littérature (pluralité de l’antique dans la littérature allemande au XVIIIe siècle, ou dans la Renaissance italienne et française), la sculpture, le cinéma et la muséologie. La philologie est aussi présente depuis 2005 avec des réflexions sur les traductions des textes antiques. Enfin un dernier sous-axe vient de faire son apparition avec la troisième phase du projet. Il concerne l’intime avec une analyse de ses codes culturels dans les textes depuis l’Antiquité.

6Le programme de recherche est construit en lien étroit avec un IGK (Intergriertes Graduierterkolleg), plateforme d’encadrement, de formation et de rencontres pour les doctorants intégrés dans les sous-axes de recherche et d’autres jeunes chercheurs cooptés, qui organisent des ateliers interdisciplinaires pour présenter leurs travaux.

7Plusieurs rencontres ponctuent chaque année les avancées des recherches dans les différents sous-axes : des conférences, des ateliers doctoraux ainsi que des invitations de professeurs extérieurs au SFB (en juillet 2014, Silke-Maria Weineck de Ann Arbor). Pendant l’année universitaire 2013-2014 a eu lieu un cycle de séminaires sur le thème général du SFB avec des interventions d’un certain nombre de ses membres (Transformationen der Antike, Objekte, Quellen, Medien). Le dernier colloque s’est tenu en octobre 2014. Organisé par le sous-axe B10, il a porté sur la sculpture pseudo-antique.

8Les membres du projet ont partagé leurs conclusions par de nombreuses publications dans la collection « Transformationen der Antike » (éditeur : De Gruyter). Fort de trente volumes à raison de plusieurs par an, le SBF diffuse largement ses résultats et atteste ainsi de la vitalité de ce programme qui dure depuis une petite dizaine d’années.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire de Cazanove, « Le Sonderforschungsbereich 644 : « Transformations de l’antique » », Revue de l'IFHA [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://ifha.revues.org/8026 ; DOI : 10.4000/ifha.8026

Haut de page

Auteur

Claire de Cazanove

(Paris 1 Panthéon-Sorbonne/IFHA)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • Revues.org