Navigation – Plan du site
Outils et travaux
Instruments et institutions

Le Sonderforschungsbereich 923 : « Ordres menacés »

Université Eberhard Karl de Tübingen
Bérénice Zunino

Texte intégral

http://www.uni-tuebingen.de/​forschung/​forschungsschwerpunkte/​sonderforschungsbereiche/​sfb-923
Responsable : Ewald Frie

1Ce programme de recherche porté par l’université de Tübingen s’intéresse aux bouleversements politiques, économiques et environnementaux susceptibles de fragiliser les ordres sociaux et sociétaux de l’Antiquité à nos jours. Le printemps arabe, la crise financière et la catastrophe nucléaire de Fukushima ont grandement contribué à sa création, en juillet 2011. Le SFB 923 se propose d’analyser les impacts des émeutes, des révolutions et des catastrophes naturelles sur le quotidien et les comportements des individus. Les perceptions et les interprétations de la gestion des crises actuelles et la multitude des changements sociaux dans un contexte de mutations permanentes figurent au centre de la thématique étudiée. Ce programme de recherche vise ainsi à redéfinir les catégories spatiales et temporelles telles qu’elles sont employées dans les sciences humaines et sociales et à mieux cerner les fonctions de ces disciplines à l’époque de la mondialisation. La plupart des études se concentrent sur l’Europe. Toutefois, les espaces africains, nord-américains, chinois et australiens font aussi l’objet d’une attention particulière.

2Fondé sur une approche interdisciplinaire, le SFB 923 implique des historiens, des politologues, des historiens de la médecine, des théologiens, des anglicistes, des germanistes et des philologues. Il se compose de cinq groupes de recherche qui portent respectivement sur les thématiques des « émeutes », des « catastrophes naturelles », des « ordres en délitement », des « ordres en concurrence » et des « dynamiques culturelles ».

3Le groupe de recherche « émeutes » est consacré aux systèmes menacés de l’intérieur dans lesquels les individus sont contraints de s’interroger sur les dysfonctionnements à l’origine de ces émeutes. Il définit son objet d’étude comme suit : ces soulèvements populaires se caractérisent par l’existence d’une opinion publique, par une dynamique de groupe, par une dimension limitée dans le temps et dans l’espace (contrairement aux révolutions et aux guerres civiles), par leur violence et leur spontanéité, sont principalement dus à la perception d’une injustice et se distinguent par une mise en forme narrative et médiatique qui forge l’identité régionale ou locale. Le SFB se propose d’étudier les rapports entre ordre et émeute dans une perspective comparative diachronique en dépassant la distinction traditionnelle entre la période qui précède la Réforme et l’époque moderne. Subdivisé en trois sous-projets, ce groupe de recherche s’intéresse plus particulièrement aux révoltes dans les villes et les communautés spirituelles dans le sud-ouest du Saint Empire romain ou encore en Anjou aux alentours de 1100, à la réglementation urbaine du théâtre de carnaval (Fastnachtsspiele) durant le Moyen Âge tardif et à l’époque de la Réforme dans des villes telles que Nuremberg, Ulm, Ratisbonne et Strasbourg et, enfin, aux identités régionales à l’épreuve de l’industrie minière en Allemagne et en Grande-Bretagne au XXe siècle.

4Le deuxième groupe de recherche, intitulé « catastrophes naturelles », est consacré aux capacités de gestion d’événements environnementaux extrêmes qui engendrent des bouleversements fondamentaux de la vie quotidienne et s’intéresse à la mise en communication de ces stratégies. Subdivisé en cinq sous-projets, il accorde une attention particulière au traitement littéraire des séismes entre le Xe siècle avant J. C. et le XIe siècle après J. C., aux famines dans les sociétés chrétiennes de 1570 à 1980, aux avalanches dans les Alpes au XXe siècle, aux conséquences des tempêtes de sable sur les sociétés industrielles en Union soviétique/Russie, en Chine et en Australie depuis les années 1940 et à la gestion médicale et politique du Sida en République fédérale et en RDA (1981-1989).

5L’analyse de la radicalisation de processus qui résulte de bouleversements à long terme est au centre du troisième groupe de recherche, intitulé « les ordres en délitement ». La dissolution d’ordres politiques et sociaux figure au centre des préoccupations des cinq sous-projets consacrés à l’Empire byzantin, aux changements dynastiques durant le Moyen Âge tardif, à la question raciale aux États-Unis, à la violence politique dans les pays africains en voie de développement et aux mouvements prophétiques annonçant l’Apocalypse au Pérou colonial du XVIe siècle.

6Le quatrième groupe de recherche, intitulé « ordres en concurrence », se penche sur les menaces existentielles que représentent les aspirations hégémoniques de systèmes concurrents. Ceux-ci sont dès lors contraints d’adopter des stratégies défensives ou offensives et doivent s’adaptation aux constellations existantes. Face à ces rivalités, l’analyse et la compréhension des images de l’Autre, ou hétéro-images (Feindbilder), figurent au centre de ce groupe de recherche. Cette thématique est étudiée à partir de l’exemple des rapports entre platonisme et chrétienté dans l’Antiquité tardive, des tensions entre le joséphisme, l’Église catholique et la noblesse en Autriche intérieure, des rapports concurrents entre noblesse et bourgeoisie (1700-1900) et enfin des rivalités politiques entre les États-Unis et l’Union soviétique entre 1975 et 1989.

7Enfin un groupe de recherche adjoint au SFB 923 étudie les dynamiques culturelles que représentent les menaces sociales, sociétales et politiques en se penchant sur leurs représentations dans l’espace public. Parmi les sujets retenus figurent l’ordre sociétal dans l’Égypte postrévolutionnaire, le débat sur le droit d’asile dans la République fédérale de 1989 à 1993 et le projet ferroviaire « Stuttgart 21 ».

8Fruits de collaborations entre ces groupes de recherche, deux volumes sont parus dans la série consacrée au SFB 923 : Aufruhr – Katastrophe – Konkurrenz – Zerfall : Bedrohte Ordnungen als Thema der Kulturwissenschaften, édité par Ewald Frie et Mischa Meier (Tübingen : Mohr Siebeck, 2014) et Goldenes Zeitalter der Stagnation ? Perspektiven auf die sowjetische Ordnung der Breznev-Ära, édité par Boris Belge et Martin Deuerlein (Tübingen : Mohr Siebeck, 2014).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bérénice Zunino, « Le Sonderforschungsbereich 923 : « Ordres menacés »  », Revue de l'IFHA [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 24 mai 2017. URL : http://ifha.revues.org/8025 ; DOI : 10.4000/ifha.8025

Haut de page

Auteur

Bérénice Zunino

(Paris-Sorbonne/IFHA)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • Revues.org