Navigation – Plan du site
Outils et travaux
Instruments et institutions

L’Exzellenzcluster 264 : « La formation et la transformation de l’espace et du savoir dans les civilisations anciennes »

Université Humboldt et Université Libre de Berlin
Pierre Monnet

Texte intégral

http://www.topoi.org/​
Responsables : Gerd Grasshoff (HU) et Michael Meyer (FU)

1Derrière ce cluster d’excellence porté depuis 2007 et prolongé jusqu’en 2017 par les deux universités Humboldt et Libre de Berlin, en coopération avec l’académie des sciences de Berlin-Brandebourg, la Fondation Stiftung preußischer Kulturbesitz1 et le Wissenschaftskolleg de Berlin2, se rangent quelque 200 chercheurs fédérés sous une bannière intitulée « Topoi » par une thématique qui entend regarder les processus de formation de l’espace et de constitution du savoir à partir des expériences et gestions spatiales dans les mondes anciens. L’ampleur du programme autant que sa durée et les moyens mis à sa disposition ont incité les deux universités à s’associer le concours d’autres établissements supérieurs, tels l’université technique de Cottbus, l’université technique de Berlin (Technische Universität), l’université des arts et l’école supérieure des sciences technologiques de Berlin (Universität der Künste, Hochschule für Technik und Wirtschaft). Mettant en relation quelques 30 disciplines, le cluster se donne pour objectif d’étudier les systèmes spatiaux des mondes antiques en tant qu’ils sont façonnés par une gestion des ressources, la maîtrise d’une production ou d’une technique, la circulation des matières ou des hommes, la production d’un savoir et d’une domination symbolique sur la compréhension du monde par la religion, la cosmologie, le langage, la cartographie.

2Quatre grands axes de travail et de recherche se partagent le champ. Le premier est consacré à l’environnement et aux interactions que créent son exploitation, sa mise en valeur, sa régénération dans les sociétés antiques. Dans cet axe se rangent des groupes de travail consacrés aux habitats (pastoralisme, mobilité climatique, archéologie des sites métallifères), à la gestion des ressources aquatiques, aux révolutions du textile et du fer. Le second axe couvre les phénomènes de construction matérielle, symbolique et cosmique de l’espace : routes, connexions, régulation des échanges, fixation des populations, frontières et contacts, identités et mémoires de l’espace, premières écritures historiques du pays… Le troisième axe relie l’ancien et le contemporain en s’intéressant aux processus de capitalisation du savoir, d’une part dans les sociétés anciennes étudiées (images, gestion des ruines, métaphores spatiales, culte et culture des fragments…) et de l’autre dans la société contemporaine (muséalisation des artefacts, restauration, reconstruction et visualisation en trois dimensions des espaces antiques…). Enfin la quatrième et dernière ligne directrice se penche sur les constructions théoriques et scientifiques anciennes à partir de l’expérience et de la représentation de l’espace : météorologie, cosmologie, astrologie, mathématique, philosophie, médecine, géographie, sémiotique du corps dans l’espace…

3L’ensemble des axes poursuit l’objectif commun d’une production de cartes et d’atlas des innovations liées à l’espace dans les sociétés anciennes (Mésopotamie, Égypte, Grèce, Rome) jusqu’aux changements introduits par la christianisation du monde aux premiers siècles (puisqu’aussi bien la diffusion du christianisme a bénéficié d’une bonne gestion et d’une efficace connexion des espaces dans les sociétés méditerranéennes).

4Compte tenu du sujet, les notions de stratigraphie, d’archéologie informatique, de géolocalisation, de systèmes d’information géographique sont au cœur des méthodes d’analyse, de recherche, de datation, de spatialisation. Non seulement un équipement lourd a été acquis en ce sens, mais des cours pour débutants et chercheurs avancés ont été mis en place pour former l’ensemble du personnel à ces nouvelles technologies. Une base de données géolocalisées3 et de cartes antiques numériques a ainsi été développée avec l’Institut archéologique allemand4.

5Une soixantaine de conférences annuelles et un nombre comparable d’ateliers, séminaires et workshops viennent rythmer l’année scientifique du cluster, et nouent les enseignements de l’ensemble du réseau : l’académie des sciences de Berlin-Brandenburg, l’institut archéologique de Berlin, l’Institut Max-Planck d’histoire des sciences et les universités partenaires.

6Une collection d’ouvrages, rassemblés dans la série des Topoi. Berlin Studies of the Ancient World, est publiée par le cluster chez l’éditeur de Gruyter, et s’appuie sur la politique de diffusion et de valorisation scientifiques mise en place par le Berliner Antike Kolleg établi depuis 2011 dans le Musée Pergamon5. Riche de 29 titres dont la thématique porte aussi bien sur la généalogie, le comput, le corps, la mesure, la spatialisation, la mobilité, la communication que sur la diplomatie, la migration, la confédération ou les usages de l’image, cette collection réunit une partie des 49 monographies et 45 volumes d’actes publiés par le cluster et ses membres6. Par ailleurs, une revue électronique, « etopoi », qui comprend des numéros réguliers et des numéros spéciaux (3 livraisons à ce jour) dont toutes les contributions sont accessibles online et sans barrière en mode PDF, permet au groupe de chercheurs de publier les résultats intermédiaires et les hypothèses de travail du cluster7. Un magazine intitulé « Raumwissen », à raison de deux numéros par an, livre l’actualité de la vie scientifique de ce groupe8. Il est complété par une Newsletter, « Neotopia », à raison de 6 numéros par an9. L’ensemble de ces publications analogues ou digitales est accessible depuis une base de données pourvue d’un index des sujets, des auteurs, des années et des formats.

7Par ailleurs, plusieurs expositions ont été conçues ou co-organisées par le cluster dans des musées berlinois, sur la circulation des monnaies, sur les images du monde antique, sur l’architecture ou sur les images contemporaines de l’antiquité dans les livres scolaires ou sur les affiches.

8Avec ce cluster, ses résultats, la fédération de recherche ainsi créée, les musées et bibliothèques qui l’entourent, les projets de recherche périphériques qui lui sont liés (voir les présentations du SFB 980 « Le savoir en mouvement – Transferts de savoir des mondes anciens jusqu’aux débuts de l’époque moderne » et du SFB 644 sur « Les transformations de l’antique » dans le présent dossier), Berlin s’impose aujourd’hui sur le plan international comme un lieu central de la recherche consacré aux cultures, savoirs et sociétés de l’antiquité.

Haut de page

Notes

1 La Stiftung Preußischer Kulturbesitz est une fondation de droit public qui réunit et gère 19 musées, 15 collections, 5 instituts, ainsi que les archives et la Bibliothèque d’État de Berlin = http://www.preussischer-kulturbesitz.de/ (site consulté le 16 juillet 2014, comme tous ceux indiqués dans cette présentation).

2 http://www.wiko-berlin.de/

3 http://www.topoi.org/databases-in-topoi/.

4 http://www.dainst.org/fr/.

5 http://berliner-antike-kolleg.org/

6 http://www.topoi.org/knowledge-transfer/publicationdatabase/.

7 http://journal.topoi.org/index.php/etopoi.

8 http://www.topoi.org/publications/raumwissen/.

9 http://www.topoi.org/publications/neotopia/.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Monnet, « L’Exzellenzcluster 264 : « La formation et la transformation de l’espace et du savoir dans les civilisations anciennes »  », Revue de l'IFHA [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 25 février 2017. URL : http://ifha.revues.org/8021 ; DOI : 10.4000/ifha.8021

Haut de page

Auteur

Pierre Monnet

(EHESS/IFHA)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • Revues.org