Navigation – Plan du site

Éditorial

Pierre Monnet

Texte intégral

1Voici donc la deuxième livraison de notre Revue sous forme entièrement électronique après le basculement sur la plate forme Revues.org intervenu en 2013. La qualité de la collaboration avec ce portail scientifique, la prise en main technique et éditoriale de cette nouvelle forme de communication et de publication par l’équipe, les réactions positives enregistrées et exprimées par plusieurs des lecteurs traditionnels du périodique, autant que les encouragements prodigués par le conseil scientifique de l’IFHA ainsi que la diffusion de plus en plus répandue, mieux signalée, référencée et hiérarchisée du savoir sous cette forme ouverte nous ont convaincus de poursuivre dans cette voie.

2Ce nouveau support n’est pas qu’un changement de technologie, on peut aisément s’en convaincre, mais incite également à faire évoluer la rédaction, la mise en relation, la présentation et l’organisation des informations et des articles qui composent l’essentiel de la Revue. La ligne éditoriale fondamentale et éprouvée demeure certes la même : elle consiste à placer notre publication annuelle au service des communautés d’historiens, plus largement des chercheurs en sciences sociales et humaines qui, en France et en Allemagne, mais au-delà dans les bassins francophones et germanophones, ont en commun une historicité de leur objet, de leur discours et de leur approche. Il s’agit bien là d’une mission consistant à accélérer la diffusion des connaissances, le croisement des points de vue ou le transfert de méthodes, particulièrement à destination d’un public scientifique francophone qui ne reçoit pas toujours directement les dernières impulsions nées des travaux de leurs homologues en allemand. Les grandes rubriques restent également largement reconnaissables pour nos lecteurs : vie et activités du centre tout au long de l’année écoulée ; présentation d’instruments, d’outils et de travaux utiles aux échanges entre chercheurs et étudiants ; contributions issues d’une recherche en train de s’écrire. Pour autant, tant les activités mêmes du centre que le remembrement des paysages scientifiques ainsi que les commodités de la publication sous forme électronique nous poussent à regrouper plus spontanément qu’avant des contributions ou des éclairages placés sous un même toit ou un même mot clé. Cette évolution pourrait à moyen terme conduire à privilégier la constitution et la publication de dossiers thématiques, issus de la production d’équipes et de laboratoires qui travaillent toujours davantage en réseau.

3On peut en rencontrer un exemple à travers la publication des synthèses issues des trois axes de travail (‘État social’, ‘Développement durable’ et ‘Violences et Espaces’) formant le réseau « Saisir l’Europe » constitué depuis 2012 entre sept institutions de recherche françaises et allemandes réparties entre Paris, Lyon, Francfort et Berlin. Les contributions ici rassemblées traduisent les premiers résultats des hypothèses et avancées testées et formulées lors d’une école d’été annuelle organisée à Francfort par et pour les six groupes de recherche doctorale et postdoctorale qui structurent ce réseau unique en son genre.

4De la même façon, ce sont des projets de plus longue haleine, sur une, deux ou plusieurs années, qui trouvent leur place dans la présente livraison : ainsi du projet Frobenius sur les contacts et transferts entre ethnologie et histoire en France et en Allemagne, ou du cycle de manifestations organisées, co-organisées ou soutenues par l’IFHA avec ses partenaires culturels et scientifiques à l’occasion de la commémoration du centenaire du début de la Première Guerre mondiale. Sous une autre forme, mais dans un même esprit de rassemblement thématique, on trouvera réunis dans le présent numéro un ensemble de dix contributions placées dans un dossier regroupant les interventions de doctorants français et tchèques présentées lors du 44e Congrès de la Société des Historiens Médiévistes de l’Enseignement Supérieur Public (SHMESP) qui s’est tenu à Prague du 23 au 26 mai 2013 sur le thème : « Nation et nations au Moyen Âge », dont l’IFHA était un partenaire institutionnel.

5Au chapitre des outils et instruments, l’un des plats de résistance du sommaire réside dans la présentation des Sonderforschungsbereiche (SFB) et des clusters d’excellence appartenant au champ des études historiques ou couvrant des projets dans lesquels l’approche historique occupe une part prépondérante. Depuis 2000 et le numéro 36 du périodique, ni la MHFA ni l’IFHA n’avaient fait le point sur ces SFB dont les intitulés, les localisations et les responsables donnent une assez bonne idée des thématiques actuellement explorées par les historiens allemands. Quant aux clusters d’excellence, également présentés dans ce numéro, ils sont l’émanation de l’un des dispositifs mis en place dans le cadre plus général de l’initiative d’excellence à destination des universités allemandes. Eux aussi exercent un effet structurant important sur la recherche historique. Mais, là encore, il s’agit de montrer que la science en train de se penser et de s’inscrire n’est plus (ou n’est plus seulement) le fait de quelques manifestations ponctuelles ou d’initiatives isolées, mais devient plus largement le produit de structurations (et donc de financements et de synergies) qui mettent en relation et installent le dialogue entre des disciplines, des traditions et des centres trop souvent encore séparés, ainsi des projets de recherche intégrés et interdisciplinaires semés dans les universités sous le nom de SFB ou des programmes couverts par les clusters d’excellence. Dans l’un comme dans l’autre cas, c’est grâce au bras armé et architecturant de la recherche allemande sur projets et financements évalués, la Deutsche Forschungsgemeinschaft, que les choses se font.

6On l’aura compris, la formule de publication de la Revue de l’IFHA est en pleine évolution, tout comme d’ailleurs, ne l’omettons pas, les numéros précédents de la Revue et avant elle ceux du Bulletin de la MHFA se renouvelaient également. La structuration de la table des matières peut sans doute se développer davantage encore en direction de dossiers thématiques, voire d’actes de rencontres ou de projets animés par de jeunes chercheurs, comme c’est le cas par exemple au sein des collèges doctoraux franco-allemands abrités sous le toit de l’Université Franco-Allemande. Une telle évolution rendrait justice au maillage d’une recherche fédérée autour de champs ou de mots clés et non plus réduite à la simple quête d’un dénominateur commun, pourvu qu’il fût franco-allemand. Elle se ferait également l’écho d’une recherche de plus en plus animée en réseau. Il n’est pas interdit d’imaginer, à partir de ce socle, qu’une formule d’appel à contributions puisse voir le jour, plaçant plus résolument le support au service des acteurs de la recherche et au bénéfice de leurs initiatives.

7Il convient en effet d’envisager les nouveaux modes de diffusion et d’édition du savoir comme des ensembles appelés à se relier ou à s’articuler, ainsi de dossiers thématiques se superposant à d’autres rubriques dans nos colonnes, tout comme la base des recensions, désormais détachée de la production annuelle de la Revue elle-même, reste cependant intellectuellement liée à elle. D’une certaine façon, la page de publication de la revue ouverte sur Revues.org anticipe déjà cette mutation puisqu’elle accueille depuis cet automne un numéro spécial (Hors Série 2014) qui contient le guide de la recherche sur la France rédigé et coordonné en allemand par trois éditeurs appartenant à des institutions actives dans la recherche franco-allemande en sciences sociales et humaines : Mareike König pour l’Institut Historique Allemand de Paris, Falk Bretschneider pour la Maison des Sciences de l’Homme et Pierre Monnet pour l’IFHA. Sous le titre Geschichte machen in Frankreich. Ein Wegweiser für Studium, Forschung und Karriere (Faire de l’histoire en France. Un guide pour les études, la recherche et la professionnalisation), cette publication est le frère jumeau du guide de la recherche intitulé Faire de l’histoire en Allemagne paru en 2011 sur perspectivia.net, la plate-forme internationale de publication électronique en sciences humaines des instituts de recherche allemands à l’étranger réunis sous le toit de la Max Weber Stiftung1.

8Ainsi se dessine ce que pourrait devenir à brève échéance la plate forme de publication de la revue de l’IFHA : un périodique pour rendre compte de ses activités et de la recherche en train de se faire, flanqué d’une banque de comptes rendus alimentée au fil de l’eau, accompagné de dossiers thématiques et de publications autonomes qui peuvent être des guides ou des instruments (tel est le cas cet automne), ou bien des actes issus de rencontres, de colloques, de journées. L’objectif reste cependant le même, ne nous y trompons pas : une valeur ajoutée mise au service du dialogue et de la coopération entre les communautés d’historiens de deux pays qui, peut-être plus encore aujourd’hui qu’il y a dix, vingt ou trente ans, ont besoin de réarmer leurs modèles respectifs de compréhension, auxquels appartient indiscutablement l’examen de la longue durée.

Francfort-sur-le-Main, le 30 septembre 2014

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Monnet, « Éditorial », Revue de l'IFHA [En ligne], 6 | 2014, mis en ligne le 31 décembre 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://ifha.revues.org/7980

Haut de page

Auteur

Pierre Monnet

(EHESS, Paris / IFHA, Francfort)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • Revues.org