Navigation – Plan du site
2006

TRNEK, Helmut, HAAG, Sabine, Exotica. Portugals Endeckungen im Spiegel fürstlicher Kunst- und Wunderkammer der Renaissance. Die Beiträge des am 19. und 20. Mai 2000 vom Kunsthistorischen Museum Wien veranstalteten Symposiums

Vincent Demont
Helmut TRNEK, Sabine HAAG (dir.), Exotica. Portugals Endeckungen im Spiegel fürstlicher Kunst- und Wunderkammer der Renaissance. Die Beiträge des am 19. und 20. Mai 2000 vom Kunsthistorischen Museum Wien veranstalteten Symposiums, Mainz : von Zabern (Jahrbuch des Kunsthistorischen Museums Wien, 3), 2001, 325 p., 140 ill., 85 €.
Haut de page

Texte intégral

1Bézoards, cornes de rhinocéros, noix de coco : ce n’est pas pour une valeur marchande souvent incertaine que l’Europe importa ces objets des lointains, mais bien pour satisfaire l’appétit et la curiosité de ses princes. Cette livraison de l’annuaire du Musée des Beaux Arts de Vienne souhaite à la fois rendre palpable et étudier cette soif de connaissances : le volume unit actes de colloque et catalogue d’exposition, s’offre au regard (140 reproductions somptueuses – pour une exposition ayant rassemblé quelques 200 objets – l’illustrent à merveille) autant qu’à la lecture critique.

2Cette dernière se fait sans nul doute avec profit. L’ouvrage, qui varie les angles d’approche sans jamais chercher à enfermer son objet, est stimulant dans sa construction comme dans son détail. C’est peut être la première partie qui intéressera le plus l’historien : A. PÉREZ DE TULEDA et A. Jordan GSCHWEND, via l’étude de correspondances diplomatiques (publiées en annexe), y exposent la circulation de ce type de biens, sous forme d’achats ou de dons, entre la cour de Madrid et celle de Vienne – notamment par l’entremise de l’ambassadeur impérial en Espagne, Hans Khevenhüller. C’est pour l’essentiel par des études d’inventaires qu’est abordé le sort réservé aux exotica par les collections des Médicis, des Wittelsbach de Bavière, des rois de Danemark et bien sûr des Habsbourg de Vienne et de Madrid. À Florence, les exotica – et parfois leurs imitations européennes – furent, par ordre de Côme Ier, placés dans des armoires dont les portes montraient, sous forme de cartes, la provenance réelle ou supposée des objets (M. SCALINI). À Munich comme à Copenhague, au contraire, c’est le matériau ou la fonction de l’objet (européen ou non) qui guidait son agencement (L. SEELIG, B. GUNDESTRUP). Ce sont enfin les collections des Habsbourg, et bien entendu d’abord des Empereurs, qu’étudient K. RUDOLF, B. BUKOVINSKÁ et H. TRNEK, pour montrer respectivement le soin mis à l’achat d’exotica et son importance (affaire de goût bien sûr, mais aussi, parfois, de stratégie dynastique), leur place dans la collection pragoise, et, par une critique serrée de l’inventaire de Rodolphe II, l’impossibilité de définir précisément leur localisation et leur statut au sein de celle-ci.

3Du regard du collectionneur de la Renaissance on passe ensuite à celui du muséologue du XXIe s. N. VASSALO E SILVA et P. DE MOURA CARVALHO exposent les défis que comporte l’identification, pour chaque objet (des pièces d’orfèvrerie aux laques asiatiques) d’une provenance précise. S. SANGL étudie, sur l’exemple de la nacre indienne, le traitement de matériaux exotiques par les artisans européens de la Renaissance. En contrepoint, V. HAMMER expose les méthodes d’examen de ces mêmes objets dans les laboratoires contemporains, et les possibilités qu’elles ouvrent à de futures recherches.

4Ce volume, qui se veut moins un bilan qu’un outil, unit sous une forme à la fois accessible (les communications en allemand sont résumées en anglais) et maniables (l’index est de grande qualité), science et pédagogie. Historiens, muséologues, enseignants ou simples curieux pourront donc l’utiliser avec bonheur pour l’un ou l’autre de ces usages.

5Vincent DEMONT (MHFA)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Demont, « TRNEK, Helmut, HAAG, Sabine, Exotica. Portugals Endeckungen im Spiegel fürstlicher Kunst- und Wunderkammer der Renaissance. Die Beiträge des am 19. und 20. Mai 2000 vom Kunsthistorischen Museum Wien veranstalteten Symposiums », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 janvier 2006, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://ifha.revues.org/759

Haut de page

Auteur

Vincent Demont

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • Revues.org