Navigation – Plan du site
2013

Sascha Möbius, Das Gedächtnis der Reichsstadt. Unruhen und Kriege in der lübeckischen Chronistik und Erinnerungskultur des späten Mittelalters und der frühen Neuzeit

Göttingen : V & R unipress (Formen der Erinnerung, vol. 47), 2011, 390 p., 56,90 €
Olivier Richard
Sascha Möbius, Das Gedächtnis der Reichsstadt. Unruhen und Kriege in der lübeckischen Chronistik und Erinnerungskultur des späten Mittelalters und der frühen Neuzeit Göttingen : V & R unipress (Formen der Erinnerung, vol. 47), 2011, 390 p., 56,90 €
Haut de page

Entrées d’index

Index chronologique :

Mittelalter, Frühe Neuzeit
Haut de page

Texte intégral

1Les ouvrages s’intéressant à la mémoire d’une ville par le biais de son historiographie se sont multipliés ces deux dernières décennies. Celui de Sascha Möbius, issu de sa thèse de doctorat, n’en est pas seulement un de plus. Tout d’abord, il est consacré à Lübeck, une ville importante, mais aussi dotée d’une production historiographique – textes mais aussi iconographie – particulièrement riche. De plus, il choisit de mettre l’accent non pas sur la présentation d’un panorama des chroniques lübeckoises du XIVe au XVIIe siècle, mais sur les souvenirs des crises, « troubles et guerres ».

2La présentation en introduction de la « culture du souvenir » (Erinnerungskultur) et de la « mémoire collective » conduit l’auteur à insister sur la pluralité des souvenirs qui se développent dans une société nationale ou, ici, urbaine. C’est pourquoi il entend consacrer son travail à la question des conditions de production des chroniques et à la méthode de travail des différents chroniqueurs, tout en examinant des mémoires différentes et parfois concurrentes, correspondant à des groupes différents de la population urbaine (p. 23). Les chroniques urbaines sont-elles l’expression d’identités collectives, c’est-à-dire le chroniqueur est-il le porte-parole d’un groupe, d’un milieu sinon de l’ensemble de la communauté urbaine ? Ou doit-on, plus que cela n’est fait traditionnellement – tant est forte l’idée qu’il n’existe au Moyen Âge d’identités que collectives –, prendre en considération l’individualité des auteurs et de leurs œuvres ?

3Pour étudier ce problème, S. Möbius choisit deux événements capitaux dans l’histoire de Lübeck, la bataille de Bornhöved, en 1227, et les troubles internes de 1376-1385, qui culminent avec le « complot des bouchers » (Knochenhauerverschwörung) de 1384. Dans les deux cas, l’historien actuel peut s’appuyer sur des sources issues de plusieurs médias, chroniques, mais aussi notamment iconographie, voire commémoration liturgique. D’autre part, les deux événements correspondent aux deux formes essentielles de la Erinnerungskultur, d’un côté la mémoire d’un combat contre des ennemis extérieurs, fondatrice d’une identité commune, de l’autre le souvenir, souvent très polémique, de troubles internes.

4Un premier chapitre est centré sur la présentation des chroniqueurs et de leurs œuvres, de la Stadeschronik de 1346 jusqu’à la chronique de Hinrich Rehbein, dont les derniers ajouts datent de 1629. Quatre ensembles principaux peuvent être dégagés : les chroniques médiévales commandées par le Conseil, de la Stadeschronik jusqu’à la Ratschronik (chronique du conseil, 1385-1489) ; les différentes versions de la chronicanovella (1416-1436) du dominicain Hermann Korner ; la chronique de Reimar Kock (1549-1567) ; enfin celle de Hinrich Rehbein (1600-1629).

5Le deuxième chapitre est entièrement consacré à la mémoire de la bataille de Bornhöved en 1227, où le roi Valdémar II du Danemark fut vaincu par une coalition de seigneurs et de villes d’Allemagne du Nord, dont Lübeck. Les sources permettent une comparaison des textes historiographiques et des autres médias de la mémoire. Comment une image particulière de la ville fut-elle forgée par ce souvenir de Bornhöved ? L’historiographie lübeckoise du XIVe siècle insiste sur le rôle de la ville de Lübeck dans la bataille, mais n’accorde pas une importance exceptionnelle à Bornhöved par rapport à d’autres batailles. Pourtant, dès le XIVe siècle, une messe et une distribution de pain (peut-être dès 1227) entretiennent le souvenir de la bataille. Mais c’est Hermann Korner commence véritablement la construction de l’événement par l’écriture de l’histoire, au début du XVe siècle Il invente d’une part une apparition de Marie-Madeleine et d’autre part une réunion du Conseil de ville de Lübeck sur le champ de bataille au matin de l’affrontement, qui, priant pour la victoire. C’est à la même époque et en lien avec la chronique que des fresques représentant la bataille sont peintes dans une pièce de l’hôtel de ville. Ainsi, du XIIIe au XVIIIe siècle, c’est l’image d’une ville sachant défendre sa liberté par les armes qui est construite ; cependant, les ruptures dans la tradition existent aussi, concernant par exemple l’apparition de Marie-Madeleine, alors que Lübeck passe à la Réforme.

6Les deux chapitres suivant analysent la mémoire des troubles de 1384, d’abord aux XIVe-XVe siècles, puis à l’époque moderne. La distinction des deux époques par l’auteur est justifiée par l’impossibilité, à l’époque moderne, de recourir aux témoignages directs (entretien de témoins oculaires) : c’est donc le travail des chroniqueurs modernes sur leurs sources médiévales qui peut être analysé ici. Aux XIVe-XVe siècles, les différentes chroniques révèlent des mémoires concurrentes des événements de 1376-1385 ; à l’époque moderne, leur souvenir n’est plus l’objet de conflits : il existe alors un consensus autour d’une vision toute luthérienne des autorités urbaines comme soumises à Dieu, dont les adversaires ou contestataires ne peuvent être que mauvais.

7En conclusion, l’auteur insiste sur le fait que les chroniques ne sont pas l’expression de la mémoire collective : cette dernière naît bien plus du dialogue entre les œuvres historiographiques et les autres médias de la mémoire. Il est donc essentiel de prendre en compte, quand ils existent, les témoignages non textuels, notamment iconographiques ; l’auteur le fait très bien ici. La structure du livre de S. Möbius est efficace : il analyse la mémoire des deux événements choisis œuvre par œuvre, ce qui permet une reconstruction très précise de l’évolution historiographique. D’autre part il a le mérite – après d’autres – de dépasser la limite chronologique entre Moyen Âge et époque moderne, non pertinente pour l’historiographie urbaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Richard, « Sascha Möbius, Das Gedächtnis der Reichsstadt. Unruhen und Kriege in der lübeckischen Chronistik und Erinnerungskultur des späten Mittelalters und der frühen Neuzeit », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 13 décembre 2013, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://ifha.revues.org/7526

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • Revues.org