Navigation – Plan du site
2012

Lüdtke, Alf, Prass, Reiner, Gelehrtenleben. Wissenschaftspraxis in der Neuzeit

Anne Saada
Alf Lüdtke, Reiner Prass, Gelehrtenleben. Wissenschaftspraxis in der Neuzeit, Köln : Böhlau (Selbstzeugnisse der Neuzeit, 18), 2008, 280 p., 37,90 €.
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage est issu d’un colloque international qui s’est tenu en octobre 2004 à Erfurt en l’honneur des 65 ans de l’historien Hans Medick, figure de proue avec A. Lüdtke de l’Alltagsgeschichte, l’un des courants dominants de la science historique allemande. Ces deux historiens de l’institut Max-Planck d’histoire de Göttingen (dissous en 2007) ont activement participé à la ré-ouverture de l’université de Erfurt, qui a connu une heureuse issue en 1999. La même année, A.L. et H.M. fondaient au sein du département d’histoire un centre d’anthropologie historique (auquel R.P. est rattaché).

2Bien que cela ne soit pas dit explicitement, ce volume dédié à H.M. relève davantage du genre des « mélanges en l’honneur de » plutôt que de celui des traditionnels actes de colloque. L’anthropologie historique est ici appliquée à l’étude d’une catégorie socio-intellectuelle qu’elle n’avait pas privilégiée jusqu’alors, celle des savants. Conformément à l’approche de l’Alltagsgeschichte, les savants sont appréhendés sous l’angle d’une histoire du quotidien reconstruite à partir du genre de l’auto-témoignage (« Auto-témoignages » étant le nom de la collection dans laquelle ce volume est publié, collection dirigée entre autres par A.L., H.M., ainsi que par plusieurs auteurs que l’on retrouve dans ce volume).

3Les dix-sept contributions ont été rassemblées autour de quatre axes. Dans la première partie – les parcours savants et leur contexte – B. von Krusenstjern montre comment on peut utiliser la correspondance éditée de Wilhelm Schickard pour reconstruire le quotidien d’un savant du XVIIe siècle. H.M. s’intéresse à la préhistoire de l’université de Erfurt et décrit de façon très détaillée cette brève période où la réforme protestante a pris pied dans cette institution (1633-1635). T. Wobbe présente la biographie de Max Weber publiée en 1926 par sa femme, Marianne, texte dont elle considère qu’il constitue à la fois un témoignage et un auto-témoignage sur l’organisation de la vie savante et scientifique du début du XXe siècle. B. Schäbler étudie le lien entre vie, identité et œuvre chez Edward Said, personnage qu’elle voit comme exemple type de l’intellectuel postcolonial.

4La deuxième partie – l’écriture comme projet de vie – s’ouvre par une contribution de Cl. Ulbrich sur la soif d’écriture chez un paysan lettré, figure que l’auteur replace dans le contexte large du XVIIIe siècle. B. Menke se penche sur la pratique de l’écriture chez Jean Paul et montre chez cet auteur la relation entre le genre de l’extrait et celui de l’œuvre littéraire. P. Schöttler s’interroge sur les significations de l’introduction récente à l’intérieur du genre historique du discours autobiographique. Dans le même genre, R. Dekker livre ses réflexions personnelles sur les liens entre romans et biographie de savants pour conclure sur le degré de fiction qui habite le genre romanesque.

5Dans la troisième partie – auto-observation – A. Bähr met en relation les notes de Wittgenstein consignées dans son journal avec le Tractatus logico-philosophicus et montre comment les premières éclairent le processus de connaissance chez l’auteur. La contribution de P. Burschel analyse et commente le journal de l’anthropologue B. K. Malinowski rédigé lors de son séjour en Nouvelle-Guinée. K. Hausen revient sur une série de colloques sur l’histoire de la famille qui ont eu lieu entre les années 1973 et 1983 – car c’est au cours de l’une de ces manifestations qu’elle a rencontré H.M. – qu’elle observe à la fois d’un point de vue autobiographique et analytique. J. Peters à partir de l’exemple de l’autobiographie en RDA se livre à l’analyse des contraintes qui pèsent sur ce genre – « qu’est-ce qui, dans ma propre biographie, a une pertinence historique ? » – en montrant pour finir comment lui-même pourrait rédiger sa propre vie dans le style des autobiographies produites en RDA. Un papier de H. Meyer porte sur la représentation du professeur dans son rapport avec le genre de l’espionnage étudié à partir de films et de récits fictifs.

6Dans la dernière partie – rites et cultes de la vie savante – G. Algazi, à partir de plusieurs études de cas, pose la question de la construction historique des rapports entre les sexes qui se trouve au fondement de la science moderne, et s’interroge sur la possibilité d’une histoire de l’organisation collective du moi savant. G. Jancke montre à partir de l’exemple de l’hospitalité que les rites de la vie domestique chez les savants ne se distinguent pas de ceux des autres groupes sociaux. H. Friese décrit la pratique de la lecture à haute voix chez Nietzsche, Heidegger et Benjamin, et ses effets sur la compréhension. L’ouvrage se clôt par un article de V. N. Makrides sur le culte de la personne dans les cercles académiques analysé à partir des réceptions de Weber et Wittgenstein. L’auteur met en lumière les critères et les conditions du développement de ce type de cultes.

7Les contributions réunies dans ce volume ouvrent, pour plusieurs d’entre elles, de riches pistes de réflexion sur les rapports entre modes de vie savants, pratiques scientifiques et productions intellectuelles. De fait, la perspective choisie par A.L. et R.P. – interroger les pratiques savantes à partir de la sphère privée des savants, de leurs habitudes de vie et de leurs expériences – constitue l’occasion d’un réel enrichissement pour l’histoire intellectuelle et pour une histoire savante des savants. La qualité inégale des articles réunis ne fait que renforcer la pertinence de la problématique choisie.

8Anne Saada (CNRS-UMR 8547)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Saada, « Lüdtke, Alf, Prass, Reiner, Gelehrtenleben. Wissenschaftspraxis in der Neuzeit », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 janvier 2012, consulté le 21 août 2017. URL : http://ifha.revues.org/6505

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • Revues.org