Navigation – Plan du site
Outils et travaux
Tendances et actualités

Le réseau « Saisir l’Europe – Europa als Herausforderung » a été fondé

Jean-Louis Georget
p. 251-260

Cette année, l’Institut français d’histoire en Allemagne a participé en collaboration avec l’université Goethe de Francfort à la mise en place du projet de recherche « Saisir l’Europe – Europa als Herausforderung », évoqué par Pierre Monnet dans le présent numéro de la Revue. Il constitue la base d’un rapprochement pérenne d’acteurs majeurs de la recherche franco-allemande pour les cinq années à venir dans le domaine des sciences humaines et sociales, au nombre desquels on compte l’IFHA.

Le projet est parti du constat simple que les divers soubresauts de l’Union européenne constituaient un vrai défi pour les chercheurs en sciences humaines et sociales, modifiant les paradigmes sur lesquels s’étaient jusqu’alors appuyés les scientifiques durant les trente dernières années. En tant que communauté fonctionnant en réseau et de plus en plus dépendante de l’Union européenne pour son financement, eu égard aux réformes récentes qui valorisent la compétition et le fonctionnement par projets, la recherche se comprend le plus souvent à la fois comme partie prenante et défenseur de la réussite de l’intégration européenne, qui s’impose dans son quotidien comme un fait établi. Le sujet a fourni une source de réflexion abondante pour les sciences humaines et sociales, nourrissant les champs thématiques de nombreuses disciplines : les historiens en ont retracé les sources à partir de la matrice qui va de l’Antiquité à la Renaissance, les sciences sociales se sont attachées à comprendre l’interdépendance et la convergence de sociétés à la fois variées dans leurs déclinaisons et pourtant similaires dans leur grands modèles sociétaux, tandis que les cultural studies ont envisagé les composantes d’une identité européenne commune sans en renier la richesse. Or l’air du temps, ponctué par les crises profondes et les interrogations qui y sont liées, a remis en cause la linéarité de la démarche, puisqu’il incite à voir dans l’Europe non pas un acquis, mais un enjeu vital pour la politique, les sociétés et la pensée.

Ceci défini, les chercheurs ont, dans les réunions successives qui se sont tenues pour approfondir les contours du projet présenté le 13 octobre 2011 à l’Académie des sciences de Berlin en présence des ministres français et allemand et des représentants des principaux organismes de recherche des deux pays, circonscrit trois thèmes d’une importance politique et sociale capitale pour toute l’Europe. Ils constitueront le socle des travaux scientifiques du projet « Saisir l’Europe – Europa als Herausforderung ». Le premier concerne les États sociaux européens et les incertitudes quant à leur avenir sur l’arrière-plan bien connu de manque de moyens et de sociétés à la fois plus fluides et vieillissantes ; le second s’attache au développement durable, qui va au-delà de la simple protection de l’environnement, et compte parmi les questions existentielles des sociétés futures ; le troisième traite des phénomènes de violences urbaines, qui se sont ancrés dans toutes les sociétés européennes en modifiant la réalité de la perception du bien-être commun. Dans ces trois domaines, l’action publique, dont l’efficacité est amoindrie par le recul de la sphère étatique depuis quelques décennies, est confrontée à la nécessité, en se renouvelant radicalement, de trouver la juste parade à des équations à plusieurs inconnues dans un environnement social instable.

Trois axes au carrefour des sociétés contemporaines

Les trois axes de recherche sont par conséquent traversés de questionnements analogues, qui forment des espaces d’intersection communs. Trois d’entre eux se détachent particulièrement par leur acuité : le haut degré de mobilité et d’interdépendance, qui a considérablement déstabilisé les structures des sociétés européennes ; les mutations des représentations et ordres spatiaux engendrés par la mondialisation où l’État-Nation, qui a perdu sa centralité, demeure paradoxalement la référence et le refuge des constructions identitaires ; la question de l’européanisation, qui est imposée « d’en haut » par les institutions européennes et se développe « par le bas » grâce aux nouveaux modèles de politique participative choisis ou plus souvent subis.

Comme on le voit, les solutions requièrent pluridisciplinarité et interculturalité afin de tenir compte de la profondeur historique des questions traitées tout en réfléchissant aux catégories qui pourraient à l’avenir fonder une épistémologie moderne de l’action politique et de son analyse.

Il convient de s’attarder dès lors quelque peu sur le contenu des trois axes ainsi définis :

Le premier concerne « l’Etat social », l’un des symboles de l’évolution européenne depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. Pour préserver cet attribut essentiel, qui contribue à la préservation d’un mode de vie continental singulier comprenant moultes variantes, les sociétés européennes se voient confrontées à faire preuve d’imagination et d’innovation : de fait, le modèle de l’État social tel qu’il s’est constitué dans les pays industrialisés européens s’enfonce dans une crise grave, puisque les mesures visant à la réduction de son périmètre ou à sa restructuration en profondeur ont un impact direct et profond sur les conditions de vie des citoyens. Or, dans un contexte de désengagement de plus en plus visible des acteurs publics de la vie concrète des citoyens, il représente pourtant l’une des dernières ressources importantes de pouvoir pour les gouvernements et est perçu comme un vecteur de cohésion indépassable. Bien au-delà de simples phénomènes conjoncturels, sa remise en cause prononcée heurte les représentations de progrès et de développement qui sous-tendent les parcours individuels depuis le début du XXe siècle.

Ayant établi un constat pour le moins alarmant, le projet se propose d’étudier les aspects fondamentaux du débat qui permettront de mieux saisir les transformations pour rendre plus efficaces les remèdes qui s’imposent : interpénétration entre mesures de régulation sociopolitiques « venant d’en haut » et assimilation des transformations « par le bas » ; prise en compte systématique de la perspective historique et des divers régimes de temporalité auxquels recourt chacun des acteurs ; origine, renforcement et légitimation de l’ordre sexué par l’État-Providence ; interaction entre la connaissance des rapports sociaux, les besoins des individus et la mise à disposition de moyens par les acteurs étatiques pour y pourvoir ; liens entre la construction de la sphère étatique, la légitimation des États nationaux européens et les politiques sociales ; conséquences de la crise européenne sur la déréliction des États d’un côté et approfondissement de l’intégration continentale de l’autre ; possibilité de considérer les États sociaux européens comme autant de lieux de mémoire, notamment pour l’Europe centrale et orientale, qui en est fortement demandeuse.

Le second axe porte sur le cadre général dans lequel évolue le continent européen : réchauffement climatique, vieillissement, désindustrialisation, crise énergétique et plus récemment débâcle financière et monétaire. Dans toute l’Europe, la succession des crises, leur chevauchement récurrent et leur omniprésence dans l’espace public ébranlent la certitude selon laquelle la société pourrait être en mesure de maintenir le niveau de richesse, la promotion sociale et la qualité de vie que les progrès techniques avaient apportés à la plupart des pays européens après la Seconde Guerre mondiale. On interprète maintenant la succession de catastrophes de plus ou moins grande ampleur comme le signe de l’épuisement d’un modèle de développement dans son ensemble plutôt que comme des résurgences paroxystiques et répétitives de phénomènes cycliques aisément surmontables à l’aide de modèles théoriques traditionnels.

L’axe « développement durable, territoire et développement », qui pense au-delà de ce qu’il est commun d’appeler la simple protection de la nature plus incantatoire qu’opérationnelle, se structure autour de trois grandes lignes thématiques qui correspondent aux réponses exigées par de tels défis : les modes d’exploitation et de protection des ressources naturelles en Europe ; l’administration, la gouvernance et le développement des territoires, la conférence de Rio de 1992 les ayant identifiées comme les entités territoriales les plus appropriées à la concrétisation de projets de développement durable ; enfin l’appropriation du concept de terrain par les diverses instances concernées. Le traitement des enjeux environnementaux par les sciences humaines et sociales se révèle complémentaire des investigations que les sciences dures ont réalisées dans ce domaine.

La question des « violences en zone urbaine » constituera le dernier axe thématique du projet « Saisir l’Europe – Europa als Herausforderung » : malgré le renforcement des mesures de sécurité, la violence a en effet progressé ces dernières années dans l’espace urbain, gagné en brutalité et surtout revêtu des formes inédites. A ce titre, l’insécurité dans les villes compte parmi les grands sujets de controverse de la modernité. Les éruptions de violence en zone urbaine suivent un processus constant d’agrégation soudaine et de disparition latente, qui s’inscrit dans une géographie mouvante de la ville. Leurs structures et leur appropriation par les habitants restent surdéterminées par des facteurs sociaux, politiques et culturels. La question sera traitée selon plusieurs axes ici décrits, dans le cadre d’une Union européenne qui s’est donnée pour fondements la liberté de circulation, la dignité humaine et l’inviolabilité de l’intégrité physique de ses citoyennes et citoyens : l’étude de la construction et de la déconstruction des espaces où s’exercent les exactions de tous ordres dans leur dimension pratique, discursive et sémantique, qui souligne les interactions entre perception, pratique et enrayement de la violence ; l’analyse comparée des phénomènes urbains de transgression en Europe, de leur caractère spécifique et unique, mais aussi de leur interdépendance sur fond de recoupements historiques et contemporains, qui intègre nécessairement une perspective extra-européenne ; l’analyse qu’en font les sciences sociales, qui se traduit dans l’organisation des politiques de sécurité publique qui en résultent ; l’étude du rapport compliqué entre violences urbaines et mouvements migratoires régionaux et internationaux et de sa pertinence pour les grilles d’analyse ; l’ancrage de la construction des violences urbaines dans l’ordre sexué, qui constitue un focus important de l’approche générale.

Un réseau franco-allemand ouvert à d’autres partenaires

D’un point de vue institutionnel, l’objectif du projet est la mise en place d’un réseau franco-allemand, ouvert si nécessaire à d’autres pays européens et extra-européens, qui s’attache à l’étude des trois axes évoqués au préalable. Les conditions actuelles y semblent très favorables. En effet, divers acteurs et institutions de part et d’autre du Rhin, ayant pris la mesure des enjeux, ont mis au service du projet leurs longues années d’expérience franco-allemande dans la recherche en réseau et dans la formation de jeunes chercheurs : l’Institut français d’histoire en Allemagne et sa partenaire, l’université Goethe de Francfort, le CIERA et ses établissements membres, le Centre Marc Bloch et l’université Humboldt de Berlin, la Fondation de la Maison des sciences de l’homme et l’Institut historique allemand de Paris.

Ces institutions ont décidé d’approfondir et d’institutionnaliser leurs pratiques de coopération en créant un projet de recherche commun. Ce réseau franco-allemand structuré, qui disposera d’un comité directeur représenté par deux porte-parole, Michael Werner (CIERA) et Gabriele Metzger (université Humboldt de Berlin), de commissions de sélection, d’un conseil scientifique et, dans un premier temps, des trois groupes de travail évoqués, pourra éventuellement, au-delà de la durée de cinq années sollicitée pour le projet, rassembler des équipes internationales autour de sujets de recherche émergents et les aider à trouver les financements nécessaires. Grâce à sa forme réticulaire, le projet ne crée pas d’institution nouvelle, mais permet à des équipes déjà constituées de mettre à profit leur savoir et expertise pour mener à bien le projet « Saisir l’Europe – Europa als Herausforderung ».

Le projet vise également, au-delà des objectifs de recherche qu’il s’assigne, à la formation d’une nouvelle génération de jeunes chercheurs hautement qualifiés qui seront insérés dans une expérience continentale et internationale de grande échelle : les doctorants bénéficieront d’une immersion dans un milieu de recherche reconnu et chevronné et découvriront différentes approches et cultures scientifiques et disciplinaires. L’emploi de post-doctorants en tant que chefs de projet des trois groupes de travail décrits ci-dessus leur offrira la possibilité de développer des compétences requises au sein de la communauté scientifique, mais aussi dans d’autres domaines. Les chefs de projet veilleront tout particulièrement, par l’organisation de rencontres régulières, d’ateliers et de colloques, à favoriser le dynamisme de la discussion interne, à établir un lien avec la communauté scientifique et à s’assurer que les résultats de recherche trouvent un écho auprès du grand public et des acteurs du monde politique et socio-économique. L’organisation des rencontres sera partiellement financée par le budget du réseau, mais les groupes de travail seront par ailleurs tenus d’obtenir leurs propres financements tiers pour les manifestations programmées. A cet effet, les participants pourront recourir aux instruments déjà existants chez les porteurs de projet (colloques « junior », workshops thématiques, ateliers de recherche de la Villa Vigoni, séminaires annuels et universités d’été pour jeunes chercheurs, programmes combinés de formation et de recherche, etc.). Les programmes de l’Université franco-allemande et de la Fondation de la Maison des sciences de l’homme se prêtent particulièrement bien au financement d’activités scientifiques internationales.

Chacun des groupes de travail organisera une journée d’étude internationale afin de débattre de ses résultats avec un vaste public spécialisé. Les travaux de recherche des participants aboutiront à l’élaboration d’une monographie, dont les résultats les plus substantiels seront diffusés sous la forme d’articles dans des revues spécialisées de premier ordre. De plus, il est prévu que chaque groupe de travail conçoive un recueil final présentant le cadre conceptuel et théorique et les études de cas abordées dans leurs interactions, établissant ainsi un nouveau canevas pour toute réflexion ultérieure sur l’Europe.

Un site internet sera mis en place afin d’assurer la coordination, la mise en réseau et la publication des travaux des groupes de recherche. Il favorisera la diffusion de flux d’information, les échanges scientifiques ainsi que la mise en ligne interne et externe des résultats. De cette façon, les participants et organisateurs du projet « Saisir l’Europe – Europa als Herausforderung » pourront s’appuyer sur un environnement numérique de travail s’inscrivant dans la dynamique des digital humanities. Outre la communication directe lors des workshops et des journées d’études, le site web du réseau favorisera ainsi la communication avec la communauté scientifique. Les événements et manifestations du projet y seront annoncés (ainsi que d’autres manifestations proches du même champ thématique). La publication de littérature grise, de comptes rendus de journées d’étude et d’ateliers de recherche est également prévue. Le site web du projet présentera une interface bilingue et offrira une plateforme aux infrastructures de recherche à la fois françaises et allemandes. S’adressant à des chercheurs français et allemands, elle fera connaître les instruments de recherche des deux pays, contribuant ainsi à un transfert de savoir et de bonnes pratiques.

La Revue de l’IFHA offre également dans ce cadre un espace privilégié de publication pour le réseau. Les publications du projet, que ce soit sous la forme de mise en ligne de littérature grise ou d’actes de colloques, feront état des ateliers et journées d’étude organisés au cours du projet. Cela vaut notamment pour les trois journées d’étude internationales prévues en quatrième année, auxquelles des publications de haut niveau devraient donner une grande visibilité. La diffusion d’informations auprès d’un public spécialisé pourra en outre s’appuyer sur les cyber-infrastructures déjà existantes en France et Allemagne.

Le déroulement du projet

Le calendrier est désormais défini. Les chercheurs et post-doctorants commenceront dès le début de la première année du projet, en l’occurrence en 2013, par se rassembler pour faire connaissance, discuter et préciser les programmes de travail de chaque groupe.

La deuxième année du projet commencera par un colloque réunissant tous les doctorants, post doctorants et scientifiques impliqués dans le projet. Cet atelier de recherche permettra de mieux connaître et de discuter les travaux des collaborateurs du projet, de s’entendre sur l’état de la recherche dans les domaines abordés, de débattre de questions fondamentales relatives à chaque groupe, de développer dans le cadre de discussions les méthodes et théories à employer ainsi que de communiquer à tous les participants une ligne directrice commune qui fournira un cadre au projet. Durant la phase principale, les trois groupes de travail se concerteront une fois par an lors d’un atelier de recherche de plusieurs jours, visant à mettre en commun les résultats relatifs au thème global qui aura été choisi. Une progression a été prévue dans ce sens : la première année de la phase principale se concentrera sur les méthodes et les concepts, la deuxième année sur les données empiriques, la troisième sur la rédaction et l’achèvement des travaux. Les chercheurs membres des établissements porteurs de projet et des institutions partenaires participeront également aux rencontres annuelles du réseau.

Le colloque de clôture aura pour objectif de dresser un bilan global des travaux menés. Il fournira l’occasion de mettre en valeur les résultats obtenus en matière de création de réseau, de formation des doctorants et d’insertion professionnelle des jeunes chercheurs, et d’esquisser ainsi un cadre de réflexion pour la poursuite du projet.

Le projet a débuté préalablement le 1er juin 2012 par une phase préparatoire au cours de laquelle les partenaires du projet de recherche ont mené les travaux préparatoires (constitution des comités, appels d’offres, sélection des post-doctorants et des coordinateurs). À l’issue des travaux préparatoires, il a été véritablement lancé le 1er octobre 2012 pour une durée de cinq années structurée en trois phases. Ce découpage correspond à l’inégale durée des contrats post-doctoraux et doctoraux, les premiers ayant une durée de cinq ans (avec des nuances entre les contrats français et allemands), les seconds de trois. Le projet comprend ainsi une phase de démarrage d’un an (pour les post-doctorants uniquement), une phase principale de trois ans (pour doctorants et post-doctorants) et d’une phase de clôture d’un an (réservée aux post-doctorants).

Dès la phase de démarrage, le projet sera rendu public par une conférence de lancement dans le cadre des festivités célébrant le 50e anniversaire du Traité de l’Elysée ; à Paris ou Berlin, une manifestation intitulée comme le réseau « Saisir l’Europe – Europa als Herausforderung » sera organisée devant d’éminents acteurs scientifiques, médiatiques et des hommes de terrain jouissant d’une bonne réputation auprès du public, qui feront part de leurs expériences et de leurs interprétations du défi européen. Les enjeux principaux des trois groupes de travail seront évoqués dans différents volets de la conférence. La participation à haut niveau des deux ministères français et allemand assurant la promotion du programme est probable. L’objectif de la conférence est, par ailleurs, la prise de contact avec le monde scientifique au sens large, avec des collaborateurs potentiels pour les doctorants et les post-doctorants, avec des interlocuteurs de terrain et des représentants des médias.

La clôture du projet en 2017 coïncide avec la célébration des cinquante ans du Traité de Rome. Là encore, on profitera de cet environnement favorable pour donner une grande visibilité aux résultats du projet. Il s’agit de nouveau de monter une conférence médiatique. A l’instar d’une « publication-événement » de livre, les travaux de recherche des groupes de travail formeront le cœur de la conférence et seront évalués par d’éminentes personnalités scientifiques et politiques.

Le projet ainsi envisagé constituera pour l’IFHA un point d’appui important dans le cadre duquel se dérouleront nombre d’activités dans les années à venir. Il accueillera directement dans ses murs l’un des post-doctorant en lui donnant le cadre de travail approprié pour mener à bien le projet commun et lui donner l’écho désiré.

  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • Revues.org