Navigation – Plan du site
Vie de l'institut
Activités

Des séries de conférences de médiévistes français en Allemagne

p. 61-63

Texte intégral

1Le vendredi 23 mai 2012, à l’invitation conjointe de l’IFHA et du département des études médiévales de l’université Goethe de Francfort (Bernhard Jussen et Jan Rüdiger), Patrick Boucheron (univ. Paris I-Panthéon-Sorbonne) a présenté une conférence intitulée « Conservation de la ville et transformations urbaines : les cités de la Renaissance italienne et le temps du politique » dont nous communiquons dans l’article suivant le résumé rédigé par l’auteur.

2Cette communication, intervenue après deux présentations effectuées par l’historien le 21 à Bonn et le 22 mai à Münster, s’inscrivait dans un programme plus ample d’invitations de médiévistes français à l’université de Francfort, puisqu’avant Patrick Boucheron étaient venus parler Pierre Monnet (EHESS et IFHA) le 24 octobre 2011 sur « Villes et espace public au Moyen Âge, » Benoît Grévin (CNRS, Paris) le 1er novembre 2011 sur les nouvelles recherches consacrées aux techniques écrites de la rhétorique politique à l’âge de l’ars dictaminis (XIIIe-XIVe siècles) et Stéphane Péquignot (EPHE, Paris) sur les langues de la négociation à la fin du Moyen Âge. Après eux, Jean-Claude Schmitt (le 24 octobre 2012 sur les rythmes au Moyen Âge) et d’autres collègues en 2013 devraient poursuivre cette série. Pour Francfort, cette suite d’invitations organisée en concertation avec un séminaire universitaire local constituait comme le prolongement de la coopération initiée par Thomas Lienhard, directeur de l’IFHA jusqu’au 31 août 2011, et Joachim Henning, professeur d’archéologie à l’université Goethe de Francfort, consistant depuis le 30 novembre 2010 en une série de conférences portant sur le thème « Gaulois-Romains-Francs : tendances récentes de l’archéologie en France ». Les conférences, tenues en français mais traduites sur papier en allemand, ont permis à un total de 11 historiens et archéologues français du haut Moyen Âge de venir présenter leurs travaux et les résultats de leurs fouilles (Isabelle Catteddu (univ. Paris I-Panthéon-Sorbonne), « Fouilles d’habitats du haut Moyen Âge en France du Nord : découvertes récentes » le 30 novembre 2010 ; Luc Bourgeois (CNRS) le 21 décembre 2010 ; Laurent Schneider (CNRS LAMM & univ. d’Aix-en-Provence/Marseille), « Les établissements de hauteur entre Antiquité et haut Moyen Âge en France méridionale » le 11 janvier 2011 ; Cyril Castanet (univ. Paris VIII Vincennes/Saint-Denis), « La Loire en val d’Orléans. Dynamiques fluviales et socio-environnementales de la période gallo-romaine jusqu’à la période actuelle », le 19 avril 2011 ; Sandrine Robert (univ. de Paris-Ouest-Nanterre-La Défense), « Paris au Moyen Âge : Analyses urbaines archéogéographiques dans le cadre du programme de recherches Alpage » le 24 mai 2011 ; Pierre Ouzoulias (CNRS, UMR 7041 ArScAn), « La villa dans l’est de la Gaule : ses racines pré-romaines et son rôle agricole au début du Moyen Âge » le 14 juin 2011 ; Anne Nissen-Jaubert (univ. François-Rabelais de Tours), « Pôles religieux et habitat privilégié en milieu rural dans l’ouest du monde franc : nouvelles trouvailles archéologiques » le 28 juin 2011 ; Jean-Denis Laffite (INRAP), « Villae, occupation du sol et voies de communication dans la région de Metz (Antiquité tardive – haut Moyen Âge) » le 25 octobre 2011 ; Julian Wiethold (INRAP), « L’archéologie préventive en Lorraine et Champagne-Ardennes et la paléobotanique », le 1er novembre 2011 ; Jean-Paul Petit (Conservation d’archéologie du Département de la Moselle), « Bliesbruck-Reinheim (département Moselle, France/Land de Sarre, Allemagne) et la vallée de la Blies inférieure dans l’Antiquité tardive et au haut Moyen Âge », le 15 novembre 2011 ; François Gentili (INRAP), « Archéologie du village du premier Moyen Âge au travers de quelques fouilles préventives autour de Paris », le 31 janvier 2012).

3Mais d’autres universités composent aussi un programme d’invitations récurrentes de médiévistes français. C’est le cas du département d’histoire médiévale de Münster (Martin Kintzinger) qui a pris l’initiative à l’automne 2011 de la fondation d’un forum interdisciplinaire d’études françaises. Pour l’inaugurer, Claude Gauvard (univ. Paris I Panthéon-Sorbonne) a prononcé le 16 novembre 2011 à Münster une conférence sur « La peine de mort au Moyen Âge : nouvelles perspectives ». Avant elle étaient venus parler le 17 octobre 2011 Dominique Stutzmann (IRHT-CNRS Paris) sur le thème « Histoire de l’écriture et normes sociales. Pour une analyse électronique des systèmes graphiques médiévaux », puis le 7 novembre 2011 Antoine Destemberg (Paris I/Arras) sur « L’honneur des universitaires au Moyen Âge. Étude d’imaginaire social – autour de l’exemple parisien (XIIe-XVe siècle) ». Ils ont été suivis de Rémy Cordonnier (Lille) « Un exemple de méthode pour la pratique de l’exégèse visuelle. L’Aviarium d’Hugues de Fouilloy (XIIe siècle) » le 12 décembre 2011, le 16 janvier 2012 de Étienne Anheim (univ. Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines) « Une sociologie historique des formes de la culture savante à la fin du Moyen Âge. Quelques perspectives », le 23 avril 2012 de Sylvie Joye (univ. Reims) « Historiographie et histoire du mariage par rapt au haut Moyen Âge », le 14 mai 2012 de Benoît Grévin (CNRS-LAMOP Paris) « Nouvelles perspectives en histoire de la rhétorique médiévale ? L’ars dictaminis entre théorie et pratique (XII-XIVe siècle) », le 20 mai 2012 de Patrick Boucheron (univ. Paris I-Panthéon-Sorbonne) « Chevaliers et ruines antiques : le paysage urbain des villes médiévales dans le Midi de la France », le 5 juin 2012 de Michel Zink (Collège de France) « L’amour humilié dans la poésie du Moyen Âge », et enfin le 11 juin 2012 sont intervenus Maud Pérez-Simon (Paris III) « Le Roman d’Alexandre en prose au prisme de ses manuscrits, ou des différentes façons de lire un même texte » et le 12 juillet 2012 Joël Chandelier (Paris VIII) « Médecine et anthropologie à la fin du Moyen Âge : une nouvelle approche ».

4Il existe sans doute, au-delà du commerce permanent des colloques et ateliers de recherche, d’autres invitations et échanges d’enseignants-chercheurs et universitaires de ce type entre établissements français et allemands en histoire médiévale (on peut citer, entre autres, le programme d’invitations de l’université de Fribourg), sans compter les invitations au cas par cas de conférenciers médiévistes prononcées par des centres français en Allemagne, des Frankreichzentren ou bien des manifestations dans le cadre de cursus intégrés et de collèges doctoraux franco-allemands en histoire. La base de données en cours de constitution (voir l’article consacré à ce projet dans le présent numéro de la Revue) en dressera assurément le bilan et le paysage. Une telle enquête, c’est une évidence, devrait également être menée pour les autres périodes de l’histoire ancienne, moderne et contemporaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Des séries de conférences de médiévistes français en Allemagne », Revue de l'IFHA, 4 | 2012, 61-63.

Référence électronique

« Des séries de conférences de médiévistes français en Allemagne », Revue de l'IFHA [En ligne], 4 | 2012, mis en ligne le 14 février 2013, consulté le 25 mars 2017. URL : http://ifha.revues.org/394

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • Revues.org