Navigation – Plan du site
Nouvelles d'Allemagne
Portraits

Trivium. Revue franco-allemande de sciences humaines et sociales / Deutsch-französische Zeitschrift für Geistes- und Sozialwissenschaften

Thomas Lienhard
p. 159-161

Texte intégral

1Jusqu’il y a peu, notre institut n’avait pas coutume de s’associer à des opérations éditoriales de grande ampleur sur Internet, à l’exception de ses publications propres. Mais au même titre que Ménestrel (présenté plus haut, p. 113), le projet Trivium, porté par la Fondation de la Maison des Sciences de l’Homme et plus particulièrement par Hinnerk Bruhns, a forcé le respect, encourageant notre institut à le soutenir dès le départ, de concert avec d’autres institutions participantes. La liste de ces dernières en dit d’ailleurs long sur la qualité du projet : aux côtés de l’IFHA, on trouve en effet le Ministère de la Culture, la DVA-Stiftung, la Robert-Bosch GmbH, l’Agence Nationale de la Recherche, la Deutsche Forschungsgemeinschaft, le CNRS, l’Institut historique allemand de Paris, le Centre allemand d’histoire de l’art et le Centre Marc Bloch.

2De quoi s’agit-il ? Trivium est une revue franco-allemande spécialisée en sciences humaines et sociales. Dotée d’un conseil scientifique, elle a pour principe fondateur de rassembler des dossiers de textes déjà publiés dans des revues prestigieuses, et d’en proposer une présentation bilingue sous format numérisé dans le portail Revues.org, en accès libre. L’objectif, ce faisant, est multiple : il s’agit d’abord de mettre à disposition de l’internaute des textes de référence. On comprendra aisément l’intérêt transnational de cette démarche quand celle-ci, grâce au travail de traducteurs professionnels, offre aux Français l’accès à des textes allemands et réciproquement, comblant ainsi des lacunes béantes dans les sciences sociales de ces deux pays. Mais signalons aussi que cet objectif d’accessibilité est souvent très précieux même au sein d’un même espace linguistique : ainsi pour un lecteur francophone, il sera fort utile d’avoir accès aisément et simultanément à tous les textes de référence d’un dossier thématique composé pour l’occasion, alors qu’ils sont parfois devenus difficiles d’accès sous leur forme imprimée.

3Mais le second intérêt du projet Trivium dépasse le simple domaine de la traduction ou de la numérisation pour offrir tous les avantages d’un dossier scientifique. Trivium rassemble et traduit ainsi les articles les plus représentatifs pour les traditions nationales françaises et allemandes, y compris pour l’écart que présentent celles-ci entre elles ; elle les complète par des annexes bibliographiques et par des notices biographiques ; elle les introduit, enfin, par des articles de présentation originaux qui dépeignent les deux volets nationaux du thème retenu et qui les situent dans les contextes de recherche en France et en Allemagne. Ce sont donc non seulement un bilan historiographique, mais également une analyse et une ouverture scientifique qui sont ainsi offerts dans chaque numéro.

4La palette des thèmes retenus est généreuse : dans la phase initiale, une priorité est accordée aux domaines de l’histoire, de la sociologie, de l’anthropologie, de la philosophie ainsi qu’aux champs littéraires et artistiques, mais la revue est ouverte à des propositions venant de tous les champs des SHS. L’essentiel consiste à valoriser deux types d’articles : d’une part, les articles séminaux, reçus comme des références dans un pays mais complètement méconnus dans l’autre (ou pire : cités sans avoir été lus) ; d’autre part, des articles qui, tout en ayant acquis une forte notoriété, continuent de faire débat. Par ce double choix, Trivium affiche l’ambition de fournir des jalons essentiels tout en faisant fonction de stimulus sans s’enfermer dans le piège du classicisme.

5Chaque numéro déjà paru fut l’occasion de constater à quel point des thèmes attendus comme universels continuent de faire l’objet d’un écart profond entre la tradition germanophone et son homologue francophone. Tel fut le cas du premier numéro consacré à « l’iconic turn et la réflexion sociétale », qui montra avec éclat comment ce concept anglo-saxon aboutit à une réflexion très différenciée en France et en Allemagne ; tel le fut le cas également du numéro consacré à la communication symbolique, qui illustra l’opposition entre l’anthropologie française et la sociologie allemande à propos d’un même champ de recherche ; tel fut le cas enfin pour le numéro consacré aux droits de l’homme, concept dont l’universalité a certes été remise en question depuis longtemps, mais pour lequel l’écart franco-allemand a été mis en lumière de manière particulièrement criante à cette occasion.

6Le comité de rédaction prépare actuellement le quatrième numéro en deux ans, bénéficiant d’un lectorat de quelque 25 000 visiteurs distincts par an : osera-t-on encore affirmer que les SHS françaises et allemandes n’ont plus besoin de médiateurs ? Trivium a déjà relevé ce gant, avec brio.

7Adresse Internet : http://trivium.revues.org

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Lienhard, « Trivium. Revue franco-allemande de sciences humaines et sociales / Deutsch-französische Zeitschrift für Geistes- und Sozialwissenschaften », Revue de l'IFHA, 1 | 2009, 159-161.

Référence électronique

Thomas Lienhard, « Trivium. Revue franco-allemande de sciences humaines et sociales / Deutsch-französische Zeitschrift für Geistes- und Sozialwissenschaften », Revue de l'IFHA [En ligne], 1 | 2009, mis en ligne le 07 février 2013, consulté le 23 mai 2017. URL : http://ifha.revues.org/347 ; DOI : 10.4000/ifha.347

Haut de page

Auteur

Thomas Lienhard

Thomas Lienhard est directeur de l’IFHA.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • Revues.org