Navigation – Plan du site
Outils et travaux
Instruments et institutions

Manuscriptorium

Bibliothèque nationale de la République tchèque
Éloïse Adde
p. 97-99

Texte intégral

1Géré par la Bibliothèque nationale de la République tchèque (Národní knihovna âeské republiky) et techniquement assuré par l’entreprise AIPBeroun, Manuscriptorium a pour mission première de rendre accessible sur internet un ensemble de documents historiques (manuscrits, livres imprimés anciens, incunables, cartes, chartes, etc.) conservés dans plusieurs établissements européens. Cette bibliothèque numérique était initialement la réponse donnée par le ministère tchèque de la culture au projet Mémoire du monde de l’UNESCO (1992) pour la sauvegarde du patrimoine documentaire mondial. Très vite, Manuscriptorium s’est fait remarquer par la grande richesse de son fonds de ressources numériques, ce qui valut à la Bibliothèque nationale tchèque le prix Jikji (UNESCO) en 2005.

2Si Manuscriptorium privilégie les documents historiques tchèques du fait de son ancrage dans le programme ministériel VISK 6 (Programme national d’accès numérique aux documents précieux Memoriae Mundi Series Bohemica1), sa vocation s’est rapidement élargie. Depuis décembre 2007, cette bibliothèque numérique coordonne le projet ENRICH (European Networking Resources and Information concerning Cultural Heritage) qui fournit un accès aux bibliothèques numériques de diverses institutions culturelles européennes2. Regroupant une centaine de partenaires (dont une cinquantaine à l’étranger), Manuscriptorium met en ligne plus de cinq millions d’images numérisées, près de 40 000 fac-similés, plus de 250 000 notices. Bien que les bibliothèques participant au projet ENRICH soient bien souvent situées en Europe centrale (Zagreb, Varsovie, Wroclaw, Roumanie – mais aussi Stockholm ou Heidelberg), les documents présentés sont loin de n’intéresser que les spécialistes de l’Europe centrale car les fonds sont d’origines très variées.

3Conçu à sa naissance pour diffuser le fonds des manuscrits numérisés, Manuscriptorium opta pour le format MASTER DTD et le langage xml, adaptés à ses notices. Le succès de cette première expérience engagea la Bibliothèque nationale à utiliser Manuscriptorium pour des incunables et des imprimés anciens. Puis l’on versa dans la base des notices d’imprimés anciens et de manuscrits n’ayant pas été numérisés, Manuscriptorium devenant un instrument de catalogage pour la Bibliothèque nationale. C’est dans la fonction de catalogue des imprimés anciens que Manuscriptorium atteint ses limites (principe d’une notice par exemplaire, inadaptation de la structure de la notice de Manuscriptorium aux imprimés, inégalité du niveau et du mode de traitement des notices d’origine, etc.). Or, en l’absence d’une politique systématique de catalogage informatisé des fonds imprimés anciens de la Bibliothèque nationale au sein du catalogue de son fonds propre, Manuscriptorium est aujourd’hui le seul outil disponible pour accéder à ces collections, aux côtés de la version scannée du catalogue sur fiches de la bibliothèque ou encore du catalogue commun des bibliothèques tchèques3. En dehors de ce bémol, l’utilisation de Manuscriptoium s’avère très aisée ; la navigation entre notices et images, et au sein des documents eux-mêmes, est confortable.

4Au-delà des deux fonctions de mise en ligne de documents historiques et de catalogage, Manuscriptorium s’envisage surtout comme un « milieu virtuel pour la recherche et le travail avec les fonds historiques ». Il propose déjà un ensemble de fonctions censées rendre optimales la lecture et l’utilisation des sources en ligne ou simplement répertoriées. La fonction « full-text » pour certains imprimés facilite le travail du chercheur gêné par les transformations orthographiques ou l’utilisation d’un alphabet différent. Les concepteurs de Manuscriptorium sont sur le point de mettre à la disposition du public de nouveaux outils, comme un comparateur d’images ou bien un logiciel de lexicométrie, qui seront applicables à l’ensemble de la base documentaire.

5L’accès est soumis à une licence d’un prix très abordable pour les institutions et particuliers qui ne font pas partie du projet (respectivement 150 et 75 euros). Certains documents sont en accès libre. Dans un souci d’ouverture aux institutions pédagogiques, un lot de documents patrimoniaux est livré aux établissements scolaires avec un commentaire et des activités pédagogiques prêts à l’emploi.

Haut de page

Bibliographie

Liens utiles

www.manuscriptorium.com.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éloïse Adde, « Manuscriptorium », Revue de l'IFHA, 2 | 2010, 97-99.

Référence électronique

Éloïse Adde, « Manuscriptorium », Revue de l'IFHA [En ligne], 2 | 2010, mis en ligne le 01 février 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ifha.revues.org/234 ; DOI : 10.4000/ifha.234

Haut de page

Auteur

Éloïse Adde

Éloïse Adde a été boursière d'aide à la mobilité à l'IFHA en 2009-2010. Elle est actuellement chercheuse associée au CEFRES de Prague.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • Revues.org