Navigation – Plan du site
Vie de l'Institut
Activités

Der Engel des Geschichte. Walter Benjamins Geschichtstheorie

Conférence de Gérard Raulet, 22 octobre 2009, Francfort-sur-le-Main
Thomas Lienhard
p. 40-42

Notes de la rédaction

Rapport établi par Thomas Lienhard

Texte intégral

1Sortir d’un bordel. C’est ainsi que l’on pourrait résumer, au risque de heurter le lecteur, la très belle soirée qui vit Gérard Raulet (Université de Paris 4 – Sorbonne) s’exprimer à la Romanfabrik de Francfort pour y analyser le sens de l’histoire chez Walter Benjamin, le 22 octobre 2009, avec le soutien de l’IFHA.

2Bordel d’abord parce que les maisons closes sont liées aux origines de cette institution désormais vénérable que constitue la Romanfabrik à Francfort, et que cette combinaison typiquement alternativ mérite que l’on en dise un mot. En effet, lorsqu’en 1985, les écrivains de Francfort, qui ne pouvaient pas encore compter sur une Maison de la Littérature à cette date, s’unirent en une association qui devait promouvoir le roman en Hesse, les locaux et le financement furent fournis à plusieurs reprises par des établissements de prostitution qui, comme on le sait, sont parfaitement légaux en Allemagne. Entre-temps, le fonctionnement de l’association s’est institutionnalisé, notamment avec le soutien du Land de Hesse et de la ville de Francfort ; mais de cette origine, la Romanfabrik a conservé les couleurs pourpres, le verre de vin qui accueille l’auditeur, et une grande liberté de ton et de programmation qui, aujourd’hui comme il y a vingt ans, font de ce centre culturel un partenaire incontournable à Francfort.

3Par ailleurs, le terme de bordel fut employé directement par G. Raulet, qui citait là Walter Benjamin : ce dernier avait employé cette expression pour dénoncer, dans un sens très actuel, une situation complexe et malsaine. Et le germaniste de la Sorbonne fit sienne cette expression pour désigner un triple problème qu’il identifiait dans les sociétés actuelles et auquel, selon lui, le regard de Benjamin sur l’histoire pouvait fournir un contrepoint utile. Ce problème réside d’abord dans la misère économique et sociale qui continue à frapper une partie des pays industrialisés et qui, selon G. Raulet, serait due à la fuite en avant du néo-libéralisme, dont la crise financière actuelle ne serait qu’un révélateur : d’après le conférencier, l’ampleur de ces fléaux serait due avant tout aux mots-clés lénifiants dont s’entourerait ce mouvement économique, et une manière de la combattre consisterait à développer un sens plus réfléchi des évolutions historiques. Le deuxième volet du problème résiderait dans le regard caricatural porté par certaines écoles postmodernes sur l’histoire : en rejetant catégoriquement le recours à celle-ci à partir des années 1980, ces mouvements auraient manqué l’occasion de préciser la distinction entre la religion et le sens de l’histoire, et paieraient actuellement cette erreur par leur impuissance face aux mouvements sectaires ou communautaristes. Le troisième pan du problème, enfin, résiderait dans l’accumulation d’images fournies aujourd’hui par l’Internet et les autres médias : cette situation produirait une impression d’instantané dans laquelle on confondrait parfois la communication et la communicabilité, et où l’action politique serait rejetée puisque tout serait déjà considéré comme actuel et sans évolution. Tels sont les ingrédients du bordel intellectuel auquel G. Raulet opposa sa lecture du sens de l’histoire chez Benjamin.

4Ce sens de l’histoire, quel est-il et en quoi peut-il servir de contrepoint aux maux que l’on vient de décrire ? L’orateur commença par définir les composantes du messianisme qui, chez Benjamin, donnait son sens à l’histoire. Dans la philosophie politique en général, on peut distinguer deux types de messianisme couramment répandus : le marxisme qui considère que l’avènement d’une société juste est inéluctable, naturel et progressif, et le messianisme juif qui, dans sa grande majorité, considère au contraire que l’avènement du Messie ne pourra survenir que dans un contexte apocalyptique, dans lequel l’humanité sera devenue entièrement bonne ou entièrement mauvaise. L’originalité de Benjamin réside dans le fait que, marqué par ces deux mouvements intellectuels, il ne se rattacha pourtant ni à l’un, ni à l’autre : bien que pratiquant les rites juifs liés à l’avènement du Messie, il ne considérait pas ces gestes comme une simple commémoration d’un événement originel, mais comme une prise de décision sans cesse renouvelée qui, à l’encontre des traditionnelles conceptions messianiques juives, hâtait l’évolution de l’humanité. C’est donc là une pensée de l’histoire qui donne sa valeur à l’action et à l’instant, s’opposant ainsi au fatalisme, mais aussi aux grands récits téléologiques produits par les écoles historiques du XIXe siècle.

5Mais un second intérêt du sens de l’histoire exprimé par Benjamin se trouve dans l’esthétique proposée par ce dernier. G. Raulet employa d’ailleurs comme support visuel pour son exposé le tableau Angelus novus de Klee, qui représente un étrange ange apocalyptique, bestial et lumineux : cette œuvre était devenue le tableau de chevet de Benjamin, remplaçant ainsi, de manière probablement révélatrice, le tableau beaucoup plus spécifiquement apocalyptique que le philosophe avait accroché auparavant au même endroit, à savoir la scène de la Résurrection dans le retable d’Issenheim. Or G. Raulet insista sur le rapport entre l’esthétique et la politique : selon lui, l’actuelle profusion d’images repose sur le même sable mouvant (l’absence de recours à l’expérience) que les récits téléologiques du XIXe siècle, et pour y pallier, une véritable politique de l’image est nécessaire. Chez Benjamin précisément, l’esthétique conserva un rôle central du début à la fin. Mais contrairement aux culturalistes actuels, que G. Raulet accusa d’avoir rompu les amarres brutalement avec les sciences sociales, Benjamin considéra toujours l’esthétique comme un moyen d’appréhender l’histoire, là encore par le biais du messianisme. L’image conserve donc du sens et participe ainsi à une réflexion sur l’évolution de l’humanité.

6Relayée par les questions de l’auditoire (une quarantaine de personnes), la conférence offrit ainsi un tour d’horizon sur Benjamin, les grands récits historiques, les conceptions dialectiques de l’histoire ou les cultural studies : l’historien, sorti du bordel, était aux anges.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Lienhard, « Der Engel des Geschichte. Walter Benjamins Geschichtstheorie », Revue de l'IFHA, 2 | 2010, 40-42.

Référence électronique

Thomas Lienhard, « Der Engel des Geschichte. Walter Benjamins Geschichtstheorie », Revue de l'IFHA [En ligne], 2 | 2010, mis en ligne le 01 février 2013, consulté le 23 mars 2017. URL : http://ifha.revues.org/219

Haut de page

Auteur

Thomas Lienhard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • Revues.org