Navigation – Plan du site
1993

JANSEN, Christian, Professoren und Politik. Politisches Denken und Handeln der Heidelberger Hochschullehrer 1914-1935

Catherine Maurer
Christian JANSEN, Professoren und Politik. Politisches Denken und Handeln der Heidelberger Hochschullehrer 1914-1935, Göttingen: Vandenhoeck & Ruprecht (Kritische Studien zur Geschichtswissenschaft, 99), 1992, 414 p., 68 DM.
Haut de page

Texte intégral

1Paru dans la prestigieuse série des Kritische Studien, lancée par l'école de Bielefeld, l'ouvrage de Christian Jansen s'inscrit à tous égards dans le processus de renouvellement de l'histoire sociale souhaité par les historiens regroupés autour de Jürgen Kocka et de Hans-Ulrich Wehler. L'étude se situe en effet d'emblée dans l'histoire du Bildungsbürgertum, cette « bourgeoisie des talents » dont les professeurs d'université constituaient l'élite, pour laquelle Kocka a récemment relancé l'intérêt de la recherche (voir Bulletin n°17, pp.17-74, et n°22, pp.228-230). Ensuite, la méthode suivie par Jansen, celle de la biographie collective d'un groupe social précisément circonscrit, celui des universitaires à plein temps de l'université de Heidelberg entre 1914 et 1935, satisfait aux nouvelles règles de la Sozialgeschichte : il ne s'agit plus en effet pour l'A., comme l'ont fait tant d'autres à propos de la bourgeoisie intellectuelle, d'énoncer des généralisations abstraites à partir de quelques cas particuliers, mais de répondre aux exigences d'une véritable « histoire sociale des idées », qui montrerait les liens entre orientation politique et place dans la société. Néanmoins, l'objectif que s'est fixé C.J., rechercher les conditions du ralliement massif des universitaires, et plus largement du Bildungsbürgertum, au national-socialisme – autre interrogation lancinante du groupe de Bielefeld –, le conduit tout de même à proposer un « modèle » de comportement des élites intellectuelles, éventuellement applicable à d'autres groupes que les Professoren de Heidelberg. Le concept wébérien de l'Idealtyp a donc la vie dure, même si le « modèle » de Jansen n'est pas proposé d'entrée de jeu et n'apparaît qu'à l'issue d'une analyse extrêmement fouillée.

2L'exemple de Heidelberg a été choisi à la fois à cause de l'importance scientifique de l'université dans l'Allemagne de l'époque (y enseignaient alors des personnalités aussi prestigieuses que Max Weber ou Karl Jaspers) et pour sa réputation durable de « bastion du libéralisme politique ». Il était en effet particulièrement stimulant de montrer comment une université, a priori moins tentée que d'autres par les courants antidémocratiques, était finalement passée elle aussi du côté du pouvoir national-socialiste. Dans sa quête d'explication – fondée principalement sur les publications des Professoren concernés –, Jansen dresse en définitive le portrait politique et moral – le portrait « économique et social » a fait l'objet d'une publication séparée que résume le premier chapitre – d'une génération d'universitaires qui tentent de répondre à la remise en cause de leur magistère intellectuel de deux manières qui peuvent sembler contradictoires : à la fois par un engagement public important (ainsi, un peu plus de 25% d'entre eux appartiennent dans les années 20 à un parti politique, chiffre qui révise nettement à la hausse ceux dont on disposait jusqu'ici) et par une fuite hors du temps, qui leur fait privilégier un idéal utopique fait d'harmonie et d'unité, sans commune mesure avec les réalités conflictuelles de l'Allemagne de Weimar. Davantage qu'une histoire des choix politiques (au demeurant fort variés et pas si « libéraux » que cela) des professeurs de Heidelberg, C.J. nous propose donc une véritable histoire des mentalités d'une classe intellectuelle gagnée progressivement par ce qu'il appelle l'« extrémisme du centre »: c'est ce modèle théorique, transcendant les clivages purement politiques, qui, pour J., permettrait d'expliquer le ralliement des « talents » au IIIème Reich. Ce modèle, l'A. le voit apparaître dès 1914, à la faveur du grand ébranlement causé par le premier conflit mondial, et se consolider définitivement à la fin des années 20. Caractérisée en particulier par une aversion envers toutes les formes de la modernité, une relativisation de toutes les valeurs morales et une conscience aiguë de la mission particulière dévolue à l'Allemagne, mission qui ne pourra être accomplie que sous l'autorité de l'Etat, cette configuration particulière des mentalités universitaires aurait préparé, à Heidelberg comme dans d'autres hauts lieux de la culture allemande, l'acceptation du national-socialisme.

3L'ouvrage de C.J. permet donc de mieux comprendre comment a pu se réaliser cette faillite des élites, en particulier libérales, qui ne cesse de susciter interrogations et débats, et pas seulement pour l'Allemagne des années 30. Plus largement, la méthode et les résultats de cette étude très dense ne pourront qu'enrichir l'histoire comparée des universitaires européens actuellement en cours d'élaboration.

4Catherine MAURER

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Maurer, « JANSEN, Christian, Professoren und Politik. Politisches Denken und Handeln der Heidelberger Hochschullehrer 1914-1935 », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 janvier 1993, consulté le 27 mars 2017. URL : http://ifha.revues.org/2101

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • Revues.org