Navigation – Plan du site
1993

LABISCH, Alfons, Homo Hygienicus. Gesundheit und Medizin in der Neuzeit

Isabelle von Bueltzingsloewen
Alfons LABISCH, Homo Hygienicus. Gesundheit und Medizin in der Neuzeit, Frankfurt am Main: Campus, 1992, 340 p.
Haut de page

Texte intégral

1Docteur en médecine et en histoire, professeur d'histoire de la médecine et directeur de l'Institut d'Histoire de la Médecine de Düsseldorf, Alfons Labisch est surtout connu pour ses travaux de sociologie historique qui, depuis la fin des années 1970, ont beaucoup contribué à renouveler l'historiographie allemande dans le domaine de la médecine, de la maladie et de la santé. Soucieux d'étudier très exactement la signification des concepts et son évolution à travers les âges, A.L. tente dans cet ouvrage de cerner plus précisément le concept de santé (Gesundheit), un concept vague et fluctuant s'il en est mais qui constitue selon lui la clef du débat actuel – très semblable au débat français et qui mobilise aussi bien les médecins que les politologues, les sociologues, les économistes, les démographes, les juristes, les historiens ou encore les journalistes – sur les limites du progrès médical et sur la maitrise des dépenses de santé. Alors que la santé semble être devenue la préoccupation fondamentale de nos sociétés comme en témoigne l'inflation du thème médical dans les médias, le mot même de santé, généralement opposé à celui de maladie, apparaît comme une coquille vide; ses définitions sont multiples et dépassent très largement le seul domaine médico-scientifique: elles sont autant biologiques que psychologiques, politiques, juridiques, sociales, économiques ou culturelles, témoignant des relations complexes qu'entretient la médecine avec l'ensemble de la société.

2Mais c'est surtout l'évolution historique du concept qui retient l'attention d'A.L., qui selon lui permet de comprendre la situation actuelle et la crise que traverse la médecine contemporaine. La question centrale de l'ouvrage est la suivante: comment le corps humain est-il devenu, dans les sociétés modernes, un objet de réflexion et un domaine d'action spécifiques qui ne concernent non pas seulement l'individu mais la société toute entière? S'appuyant sur les travaux de Norbert Elias, de Peter Berger, de Thomas Luckmann et de Max Weber, A.L. tente de retracer les principales étapes du processus de définition de la santé, insistant sans cesse sur l'interaction entre science et pouvoir et sur l'évolution du rapport de l'homme à la vie et à la mort, depuis la Renaissance marquée par le recul des définitions religieuses de la santé, par le souhait d'une vie plus longue et les premières expériences municipales de santé publique jusqu'à la période nazie qui marque l'apparition d'un modèle de société fondé sur la biologie et la race et consacre donc l'extension maximale du concept de santé.

3Très conceptuelle, l'approche de Labisch peut sembler bien ardue pour qui ne maîtrise pas parfaitement les « classiques » de la sociologie allemande; néanmoins et même si elle peut parfois paraître bien loin des préoccupations des historiens du social et des mentalités, elle est un apport important à un type d'histoire encore peu développé outre-Rhin, à savoir l'histoire des représentations de la santé et de la maladie.

4Isabelle von BUELTZINGSLOEWEN

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle von Bueltzingsloewen, « LABISCH, Alfons, Homo Hygienicus. Gesundheit und Medizin in der Neuzeit », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 janvier 1993, consulté le 25 avril 2017. URL : http://ifha.revues.org/2088

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • Revues.org