Navigation – Plan du site
1993

GEWECKE, Frauke, Wie die neue Welt in die alte kam

Gérald Chaix
Urs BITTERLI, Alte Welt – neue Welt. Formen des europäisch-überseeischen Kulturkontaktes vom 15. bis zum 18. Jahrhundert, München: dtv (4569), 1992, 242 p., 14,80 DM.
Frauke GEWECKE, Wie die neue Welt in die alte kam, München: dtv (4568), 1992, 342 p., 19,80 DM.
Haut de page

Texte intégral

1En Allemagne aussi, la célébration du cinquième centenaire de la « découverte » de l'Amérique s'est accompagnée de grandes manoeuvres éditoriales, allant de la publication d'études écrites pour la circonstance à la réédition d'ouvrages qui accèdent ainsi éventuellement, comme c'est le cas pour les deux livres présentés ici (premières éditions: 1986), au format de poche.

2L'ouvrage d'U.B., titulaire de la chaire d'histoire coloniale à l'Université de Zurich, se compose de deux éléments. Cherchant explicitement à se démarquer d'une histoire coloniale européocentrée et apologétique, l'A. présente dans un premier chapitre général les trois « formes fondamentales » selon lesquelles se sont effectuées les expériences coloniales: le choc de la rencontre, le conflit inégal des civilisations, l'échange culturel. S'appuyant massivement sur la « vision des vainqueurs », en l'occurrence les relations – assez largement reproduites en langues originales dans les notes – des explorateurs, des marchands et des missionnaires, six autres chapitres lui permettent de passer en revue les différentes politiques coloniales mises en oeuvre par les pays européens: le système des contacts limités adopté par les Portugais en Afrique et en Asie; le choc culturel illustré par la colonisation espagnole à Saint-Domingue, véritable microcosme de toute l'histoire coloniale américaine; les visées missionnaires des Français au Canada; l'inspiration religieuse de l'implantation anglaise en Pennsylvanie; le strict contrôle des échanges culturels pratiqué par les Européens en Chine; enfin, le regard explicitement ethnographique jeté sur les populations du Pacifique par les colonisateurs anglais et français.

3Romaniste, spécialiste des Caraïbes, professeur à l'Université de Heidelberg, après avoir longtemps enseigné à Cologne, Frauke Gewecke a naguère consacré sa thèse d'habilitation à l'étude du choc de la colonisation sur la civilisation européenne. Comme U.B., sa démonstration s'appuie sur la lecture des lettres, des relations de voyage et des chroniques rédigées par les marins, les conquérants ou les missionnaires, mais aussi sur la réflexion opérée à partir de ce matériau par les historiens, les cosmographes ou les « écrivains » comme Montaigne, ainsi que sur la production de cartes et d'images. L'A. soutient sans peine la thèse que les témoignages européens sur la conquête et l'exploitation du Nouveau Monde expriment moins la réalité de cette rencontre, dépourvue d'aménité, que les « représentations » – F. Gewecke parle plutôt de stéréotypes – que les Européens se faisaient des « découvertes » qui les attendaient: bons sauvages, cannibales dénudés, païens, barbares et monstres, peuplades bienheureuses, trésors inestimables, en un mot: le Paradis terrestre. Seule la prise en compte de ces stéréotypes permet de comprendre le regard des Européens.

4Gérald CHAIX

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérald Chaix, « GEWECKE, Frauke, Wie die neue Welt in die alte kam », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 janvier 1993, consulté le 30 mai 2017. URL : http://ifha.revues.org/2081

Haut de page

Auteur

Gérald Chaix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • Revues.org