Navigation – Plan du site
2009

SCHWEIKARDT, Christoph, Die Entwicklung der Krankenpflege zur staatlich anerkannten Tätigkeit im 19. und 20. Jahrhundert. Das Zusammenwirken von Modernisierungsbestrebungen, ärztlicher Dominanz, konfessioneller Selbstbehauptung und Vorgaben preußischer Regierungspolitik

Falk Bretschneider
Christoph SCHWEIKARDT, Die Entwicklung der Krankenpflege zur staatlich anerkannten Tätigkeit im 19. und 20. Jahrhundert. Das Zusammenwirken von Modernisierungsbestrebungen, ärztlicher Dominanz, konfessioneller Selbstbehauptung und Vorgaben preußischer Regierungspolitik, München : Meidenbauer, 2008, 339 p., 34,90 €.
Haut de page

Texte intégral

1Que le titre encombrant et peu affriolant du présent ouvrage ne décourage pas ses lecteurs potentiels. À un moment où, en France comme en Allemagne, la réforme de l’assistance publique et de l’hôpital fait régulièrement la une des journaux, l’objet de cette étude (issue d’une habilitation en histoire de la médecine soutenue, en 2006, à l’Université de Bochum) est assurément d’actualité : C.S. se penche sur la question du personnel hospitalier qui, contrairement à l’espace anglo-saxon, n’a jamais connu outre-Rhin un ancrage académique et une organisation corporatiste semblables à ceux des métiers médicaux. En se concentrant sur la Prusse, l’étude retrace donc l’histoire d’une profession, celle des infirmières aux XIXe et XXe s., et les raisons pour lesquelles celle-ci est restée, jusqu’à nos jours, un métier auxiliaire soumis à l’hégémonie culturelle et sociale des médecins.

2L’étude s’ouvre sur une discussion brève mais instructive de la notion de « professionnalisation » (qui évoque notamment, p. 27, la dimension religieuse, fondamentale pour les questions posées ici, mais régulièrement ignorées par les théories traditionnelles de la modernisation). Dans les neuf chapitres suivants, C.S. relate chronologiquement l’évolution de la profession d’infirmière en mettant l’accent sur les initiatives en faveur d’une reconnaissance des pratiques soignantes par l’État. Il décrit d’abord la situation à la fin du XVIIIe s., marquée par la lente transformation de l’hôpital traditionnel en clinique moderne et par les premières tentatives entreprises, dans le cadre de la « medicinische Policey », pour mieux encadrer la pratique médicale. C’est en 1832 que fut ainsi inaugurée, au sein de la Charité de Berlin, la première école de soins infirmiers, lieu d’enseignement d’un savoir pratique qui, pourtant, instaura d’emblée une différence nette entre personnel soignant et médecins. C.S. brosse ensuite un tableau de la réforme des soins infirmiers en Angleterre, réforme servant de modèle également en Prusse pour faire, à l’instar du cas anglais, des femmes issues de la bourgeoisie le vivier d’une profession infirmière fondée sur les valeurs de la vertu. Dans le contexte du Kulturkampf, les initiatives se multiplièrent pour instaurer une pratique soignante indépendante des confessions (sœurs catholiques, diaconie protestante) ; cependant elles échouèrent, entre autres à cause du refus du ministère des finances d’apporter un soutien financier permanent (p. 100). Ainsi se poursuivit une domination, notamment des structures catholiques, à laquelle mirent seulement fin l’expansion de l’assistance publique à la fin du XIXe s. et l’émergence d’une première organisation professionnelle des infirmières issues notamment de la Croix-Rouge, organisation particulièrement engagée dans la professionnalisation du métier au moyen de cours dispensés, à partir de 1912, au sein de l’« université [privée] des femmes » à Leipzig (p. 161 suiv.).

3Pendant toute cette période, l’État prussien ne fit pas beaucoup d’efforts pour soutenir de telles initiatives et le corps médical, malgré une scientificisation croissante du domaine hospitalier, s’employait surtout à ne pas voir naître une concurrence potentielle sous la forme d’une communauté professionnelle organisée des infirmières. Celles-ci se trouvaient ainsi au plus bas de l’échelle sociale à l’intérieur de l’hôpital et sans aucune représentation de leurs intérêts, situation qui se prolongea également au-delà de 1907, date à laquelle le gouvernement prussien promulgua un décret instituant les modalités d’un examen qui fixait quelques qualifications minimales du personnel infirmier. Loin de garantir des standards formels, ce décret ne marqua guère autre chose que le point culminant d’une évolution pendant laquelle les soins infirmiers avaient toujours été un « enfant mal aimé de l’assistance publique prussienne » (p. 267). Contrairement à l’Angleterre, le métier des infirmières n’est jamais parvenu à y acquérir la position d’une profession disposant de standards clairement définis et garantissant à ses membres une reconnaissance sociale et politique adéquate. Le livre de C.S. montre cette évolution, dont les répercussions se font sentir jusqu’à nos jours, avec clarté et sous la forme d’une synthèse qui ouvre la voie à d’autres études. Une documentation fournie et un style concis renforcent l’impression positive. Chose exceptionnelle, enfin, le texte intégral du livre est disponible sur Internet, à partir de la page personnelle de l’auteur à l’Université de Bochum.

4Falk BRETSCHNEIDER (École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Falk Bretschneider, « SCHWEIKARDT, Christoph, Die Entwicklung der Krankenpflege zur staatlich anerkannten Tätigkeit im 19. und 20. Jahrhundert. Das Zusammenwirken von Modernisierungsbestrebungen, ärztlicher Dominanz, konfessioneller Selbstbehauptung und Vorgaben preußischer Regierungspolitik », Revue de l'IFHA [En ligne], Date de recension, mis en ligne le 01 janvier 2009, consulté le 27 mai 2017. URL : http://ifha.revues.org/1869

Haut de page

Auteur

Falk Bretschneider

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • Revues.org