Navigation – Plan du site
Outils et travaux
Instruments et institutions

Le Forschungszentrum Gotha für kultur- und sozialwissenschaftliche Studien

Marion Deschamp
p. 101-103

Notes de la rédaction

Marion Deschamp a été bénéficiaire d’une aide à la mobilité à l’IFHA de septembre 2009 à août 2011.

Notes de l’auteur

Adresse postale :

Forschungszentrum Gotha der Universität Erfurt

Postfach 100561

D-99 855 Gotha

Adresse géographique :

Schloss Friedenstein

Pagenhaus

D-99 867 Gotha

Tél. : (00 49) (0) 361/737 17 00

Fax : (00 49) (0) 361/737 17 09

Courriel (secrétariat) : stefan.mueller@uni-erfurt.de

Internet : http://www.uni-erfurt.de/forschungszentrum-gotha/

Texte intégral

1Le Forschungszentrum Gotha est un institut de recherche attaché à l’université d’Erfurt et hébergé dans le château de Friedenstein à Gotha, somptueux écrin baroque qui abrite encore en son sein plusieurs musées (d’art et d’histoire), un cabinet de monnaies, les archives du Freistaat de Thuringe et surtout la prestigieuse bibliothèque de recherche (Forschungsbibliothek) de l’université d’Erfurt-Gotha. Celle-ci possède un fonds doté de quelque 680 000 ouvrages, dont le noyau incontesté est formé par la collection ducale de la maison de Saxe-Gotha, créée au XVIIe siècle par le duc Ernest le Pieux et toujours enrichie depuis. De ce fait, les recherches du Forschungszentrum Gotha sont plutôt tournées vers l’époque de la première modernité (Frühneuzeit, 1500-1800) et le centre se propose d’exploiter de la meilleure façon possible les trésors (manuscrits, imprimés anciens, partitions musicales, cartes, etc.) connus ou encore ignorés de la bibliothèque.

2Plusieurs projets d’édition, par exemple, s’emploient à mettre en valeur certaines pièces de choix du fonds documentaire et à rendre compte de l’importante quantité de sources relatives à l’histoire des sciences naturelles, mais aussi des sciences historiques, philologiques et religieuses. En effet, la bibliothèque du gymnasium illustre, fondé au XVIe siècle – et devenu en 1859 gymnasium Ernestinum –, mais aussi les bibliothèques privées d’érudits tels que le théologien Johann Gerhard, ou celles de nombreux savants actifs à la cour ducale, offrent un gisement exceptionnel d’archives éclairant l’organisation des savoirs et les réseaux érudits aux XVIIe et XVIIIe siècles. L’un des projets d’édition s’attelle ainsi à la publication de la correspondance de Johann Friedrich Blumenbach (1752-1840), professeur et scientifique originaire de Gotha, considéré comme le père de l’anthropologie physique. Un autre concerne le Catalogus testium veritatis du prédicateur évangélique Friedrich Breckling (1629-1711), publié vers 1700. Rassemblant quelque mille biographies de « témoins de la vérité », ce recueil est ainsi en lui-même un témoignage de la vivacité des courants et constellations non-conformistes qui alimentèrent le piétisme radical tout au long du XVIIIe siècle.

3L’équipe scientifique, composée d’une quinzaine de chercheurs, est impliquée dans de nombreux projets de recherche (menés de manière indépendante ou en collaboration avec d’autres institutions académiques), tout en multipliant les rencontres, colloques et expositions in situ.

4L’un de ces projets explore la naissance de l’orientalisme dans les cercles érudits allemands du XVIIIe siècle ; un autre étudie les réseaux religieux non-conformistes qui se formèrent dès le XVIIe siècle dans les marges orientales de l’Empire (Moravie, Silésie) et en Pologne, reliant les partisans de l’antitrinitarisme sous ses formes diverses (socinianisme et autres doctrines).

5Il n’est guère étonnant, dès lors, que le Graduiertenkolleg supporté par le Forschungszentrum s’articule aussi autour des notions de dissidence religieuse et d’hétérodoxie. Sous le titre « Religion und Aufklärung – Heterodoxie, Dissidenz und Subversion 1600-1800 », le projet se construit plus précisément sur la notion de clandestinité (Untergrund), appliquée à la foi et aux pratiques religieuses. Il cherche à explorer les phénomènes de cryptoradicalité (Kryptoradikalität), fondés sur la dissimulation de convictions hétérodoxes dans certains contextes socionormés, et la circulation de ces mêmes idées par le biais de réseaux de communication clandestins. Dissidences et subversions prennent alors des voies détournées, mais qui traversent toujours les frontières confessionnelles et mettent en jeu des formes modernes de religiosité. C’est par cet aspect que le Graduiertenkolleg de Gotha participe à un programme de recherche plus global, la Graduiertenschule de l’université d’Erfurt, qui interroge la place et le rôle de la religion dans les processus de modernisation des sociétés et États occidentaux (« Religion in Modernisierungsprozessen »).

6Enfin, pour favoriser plus encore la recherche, le Forschungszentrum Gotha propose chaque année, par le biais de la fondation Fritz-Thyssen, des bourses doctorales et postdoctorales d’une longueur d’un à neuf mois, et dont le but est de soutenir les travaux de jeunes chercheurs désireux d’exploiter les fonds de la bibliothèque.

7Par tous ces aspects, le Forschungszentrum Gotha se révèle un centre d’archives et de recherches majeur pour les chercheurs de la première modernité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Deschamp, « Le Forschungszentrum Gotha für kultur- und sozialwissenschaftliche Studien », Revue de l'IFHA, 3 | 2011, 101-103.

Référence électronique

Marion Deschamp, « Le Forschungszentrum Gotha für kultur- und sozialwissenschaftliche Studien », Revue de l'IFHA [En ligne], 3 | 2011, mis en ligne le 10 février 2012, consulté le 23 mai 2017. URL : http://ifha.revues.org/169 ; DOI : 10.4000/ifha.169

Haut de page

Auteur

Marion Deschamp

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

©IFHA

Haut de page
  • Logo IFRA – Institut franco-allemand. Sciences historiques & sociales
  • Logo Goethe Universität
  • Logo Ministère des affaires étrangères
  • Logo Fondation maison des sciences de l'homme
  • Revues.org